Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 05.07.2011 16h29
Comment le monde a t-il réagi sur le train à grande vitesse Beijing-Shanghai ?

La ligne ferroviaire à grande vitesse Beijing-Shanghai, qui est comparable au projet Apollo des Etats-Unis, a fait partir son premier train le 1er juillet dans l'après-midi. Les journalistes, qui étaient à bord pour faire l'expérience du train, se sont faits photographier devant le grand écran montrant la vitesse du train en km/h (300 km/h), en levant le pouce. Comme le journaliste de « Voice of America » l'a dit : « Quand tu montes dans ce 'train de l'avenir', tu trouves que la Chine a bien raison d'être fière d'elle. Bien sûr, le train à grande vitesse chinois ne peut pas supprimer tous les doutes avec simplement un voyage à bord. Pour répondre à des questions telles que le coût élevé de fonctionnement et la qualité des travaux, il faudrait plus de temps ». Selon le journal britannique « Daily Mail », en Chine, la plupart des gens sont pour le train à grand vitesse. Ils sont convaincus que la Chine aura un meilleur avenir, car tous les jours ils témoignent des miracles survenus en Chine. Par rapport aux commentaires à l'intérieur du pays, parfois favorables et parfois défavorables, les commentaires de la presse étrangère semblent meilleurs. La raison serait que les pays occidentaux, qui ont bénéficié des constructions de grande envergure de lignes ferroviaires et de routes pour se classer au premier rang du monde, voient les choses de manière générale et historique.

La Chine a raison d'être fière de son train à grande vitesse

Le 30 juin à 15h, les premiers trains à grande vitesse Beijing-Shanghai sont respectivement partis de la Gare du sud à Beijing et de la Gare de Hongqiao à Shanghai. Feng Yan, un suisse né à Beijing, est devenu le premier étranger à avoir acheté un billet pour ce train. Le même jour, selon CNN, qui a publié cette information, la ligne ferroviaire à grande vitesse Beijing-Shanghai a traversé 7 provinces de l'Est de la Chine, où la population représente un quart de la population totale et le PIB, 40% du PIB de la Chine. Ce jour-là, Feng Yan, à bord, a retransmis en direct tout son voyage avec son micro blog, Facebook et Twitter.

Selon un journaliste de l'« Irish Times », qui a également fait l'expérience du train, le train à grande vitesse blanc, beau et à la mode, partant de Beijing pour Shanghai, a traversé champs et montagnes à une vitesse de 300 km/h. Il y a cent ans, il fallait 3 semaines pour se rendre à Shanghai depuis Beijing, sans dire les peines et dangers du voyage. Maintenant, il ne faut que 4h 48 minutes pour que le train au nez en forme d'obus traverse les belles régions de l'Est de la Chine. Selon les commentaires du journal, la Chine ne se résigne pas à être simplement un pays producteur de produits bas de gamme. Après avoir montré l'orgueil de la nation lors des Jeux olympiques de 2008, le train à grand vitesse est devenu un autre symbole du développement de la Chine.

Le 30 juin, selon le journal allemand « Berliner Morgenpost », lorsque les journalistes ont pris le train à grande vitesse Beijing-Shanghai, le wagon restaurant était en train de projeter le nouveau film de Kung-fu de Jackie Chan. En réalité, le train à grande vitesse chinois est lui aussi un film de Kung-fu, qui a surpris les occidentaux. Il s'agit d'un départ réussi de la stratégie rouge des lignes ferroviaires de la Chine. Tout comme pour l'économie chinoise, le PCC va emmener la Chine à l'ère du train à grande vitesse.

Le 30 juin, l'AFP a également donné ses commentaires : le train à grande vitesse est considéré comme une étape importante pour soulager la pression excessive pesant sur le système de transport de la Chine. Le train à grande vitesse Beijing-Shanghai a une signification importante pour l'avenir de la construction de l'économie des régions littorales de la Chine, et les villes le long de cette ligne ferroviaire vont toutes en bénéficier. Les lignes aériennes Beijing-Shanghai vont subir un rude coup. Mais cela apportera également des effets positifs - améliorer le taux de ponctualité des vols.

Selon le « Wall Street Journal », le train à grande vitesse Beijing-Shanghai est toujours comparé avec le projet Apollo des Etats-Unis. Pourtant, lors de la conférence de presse qui a duré deux heures, les officiels chinois ont eu des difficultés à répondre à toutes les doutes sur la sécurité et les dettes. Cependant, lorsque les journalistes sont montés lundi dans le train pour entamer leur voyage, ils n'ont pu que lever le pouce devant le grand écran montrant la vitesse par heure du train pour se faire photographier. Le train chinois a surpris les journalistes étrangers. Selon un journaliste de CNN, le train roule à une vitesse de 300 km/h, deux fois plus que celle du train le plus rapide des Etats-Unis. Cependant, on se sent très stable à bord.

Selon le journaliste de « Voice of America », « quand tu montes dans ce 'train de l'avenir', tu trouves que la Chine a bien raison d'être fière d'elle ». Selon Yonhap News Agency, le train à grande vitesse Beijng-Shanghai apportera de grands changements dans la vie des Chinois. Avec la circulation rapide des ressources humaines et matérielles, l'artère économique de la Chine sera comme un « dragon ». « Ce jour-ci, on a vraiment éprouvé la 'vitesse chinoise' qui peut être comparée à la vitesse de développement des Etats-Unis ». Selon le site web indien « Rediff », avec une vitesse étonnante, Beijing s'efforce de construire un réseau à grande vitesse moderne, rapide et qui relie tout le pays. Le projet de lignes ferroviaires à grande vitesse de la Chine est le plus grand du monde et il va changer toute la Chine.

La Chine a réussi, alors pourquoi nous ne le pourrions pas ?

« Assis sur un fauteuil confortable du wagon de la classe affaires, il est difficile de ne pas se souvenir de la Chine du passé », a remarqué le 28 juin un journaliste de « The Independent ». Ce dernier s'est rappelé qu'un soir en 1992, une dame âgée est monté dans un train. Après avoir glissé sous le siège, elle n'avait pas pu en ressortir. Selon le journal, cependant, aujourd'hui, la Chine possède le réseau à grande vitesse le plus grand du monde et 800 trains au nez en forme d'obus. Le projet continuera pour réaliser une « route de la soie en fer ». Si tout marche bien, en 2025, on pourra monter dans un train à Harbin pour entamer un voyage épique, en entrant en Europe de l'est via la Russie, et en Europe du sud pour enfin arriver à Londres.

Le 29 juin, selon le site web américain « The diplomat », une vive discussion a eu lieu récemment en Grande-Bretagne. Le sujet est simple : l'approbation par le gouvernement d'un projet de 53 milliards de dollars pour la construction d'une ligne ferroviaire à grande vitesse qui reliera Londres à la deuxième plus grande ville du pays, Birmingham. Selon le site web, les Britanniques qui ouvrent un journal devraient s'intéresser au train à grande vitesse Beijing-Shanghai, car l'attitude de la Chine et de la Grande-Bretagne sur ce projet et sur la construction de l'infrastructure sont très différentes.

La Chine a réussi, alors pourquoi nous ne le pourrions pas ? Le même doute a été publié sur le site web américain « Examiner ». Selon un professeur en transport de l'école du commerce internationale sino-européenne à Shanghai, les dépenses de la Chine et des Etats-Unis sur le train à grande vitesse sont très différentes – en 2012, la Maison Blanche compte investir 8 milliards de dollars sur les projets de train à grande vitesse. Quant à la Chine, dans les 5 années à venir, elle investira 400 milliards de dollars dans le train à grande vitesse.

Une Chine confiante ou qui doute ?

La Chine pourra t-elle construire des lignes ferroviaires pour la Grande-Bretagne qui relient Londres à Leeds, à Manchester ou à une autre ville plus loin ? L'expert chinois en lignes ferroviaires Xu Yifa a révélé au journal britannique « The Daily Telegraph » : « Absolument, oui. La Chine a étudié tous les pays qui possèdent la technologie de train à grande vitesse et a assimilé leurs avantages. Maintenant, la Chine possède la technologie de train à grande vitesse la plus moderne du monde, donc il est facile pour elle de construire des lignes ferroviaires à grande vitesse pour la Grande-Bretagne.

Toujours selon le journal, pas mal de Chinois partagent ce point du vue.
De nombreux Chinois ont témoigné dans leur vie des grands changements survenus en Chine et ils sont convaincus que la Chine aura un meilleur avenir. Ils sont convaincus, car tous les jours, ils remarquent des miracles survenus en Chine.

Cependant, en même temps, les critiques sont en réalité devenues une habitude dans la société chinoise. M. Jin Canrong, vice-président de l'institut des relations internationales de l'Université du Peuple de la Chine, a révélé au journaliste du « Global Times », les Chinois d'aujourd'hui apprécient l'innovation. Mais ils sont exigeants sur l'échec. La société chinoise se trouve dans une période de transformation et les contradictions sont devenues de plus en plus critiquées. Le réseau internet a encore renforcé ces voix de critique. Les doutes et les critiques peuvent faire avancer les choses. Cependant, le défoulement ne saurait être un outil utile pour surveiller le travail du gouvernement. C'est ce à quoi toute la société chinoise doit réfléchir.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le « Dragon » chinois descend vers 5 000 m de profondeur sous la mer
Départ des deux premiers trains commerciaux à grande vitesse sur la ligne Beijing-Shanghai
A la recherche des raisons expliquant le succès du PCC
Pas de conditions politiques préalables pour l'aide de la Chine à l'Afrique
Le "phénomène du PCC" enrichit l'histoire humaine (COMMENTAIRE)