Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 20.05.2011 16h42
Yum! Brands Inc. a pris des contacts préliminaires avec le ministère du Commerce pour l'acquisition de Little Sheep

Yum! Brands Inc. a rendu public le 13 mai son projet d'acquisition du groupe chinois Little Sheep à 6,5 dollars hongkongais par action, mais Yao Jian, porte-parole du ministère du Commerce, n'avait pas encore déclaré le 17 mai la réception de la sollicitation officielle de Yum! pour contrôle antimonopole.

Su Jingshi, président et directeur exécutif de Yum! en Chine, a indiqué le 13 mai lors d'une téléconférence de presse que « le projet ne pourra avancer qu'avec l'approbation du ministère du Commerce et des autorités concernées ».

La division chinoise de Yum! a également effectué le 17 mai des contacts préliminaires avec le ministre du Commerce sur le projet. « Les documents nécessaires sont en cours de préparation pour la sollicitation officielle sur les contrôles antimonopoles. Nous répondrons à toutes les demandes du ministère à ce sujet ».

Comme il s'agit d'un nouveau cas d'acquisition d'une marque nationale chinoise par une firme étrangère, des analystes voient la possibilité d'une intervention sévère du ministère du Commerce, comme ce qui s'est passé il y a quelques années dans le cas de l'acquisition de Huiyuan par Coca Cola.

Selon Yao Jian, les deux entreprises cotées à Hong Kong sont effectivement classées aux premiers rangs de la restauration chinoise en termes de chiffre d'affaires. Conformément au Code antimonopole, les projets d'acquisition et de fusion font l'objet de contrôle si l'acquéreur présente un chiffre d'affaires annuel de plus de 10 milliards de yuans, ou si chacune des entreprises concernées affiche un chiffre d'affaires annuel de plus de 400 millions de yuans en Chine.

Selon les statistiques du ministère du Commerce, Yum! possède un réseau de plus de 3 000 restaurants en Chine avec un chiffre d'affaires de 33,6 milliards de yuans en 2010, tandis que Little Sheep possède un réseau de près de 300 restaurants dans le pays avec un chiffre d'affaires de près de 2 milliards de yuans en 2010.

Yao Jian a également rappelé que tous les projets d'acquisition ou de fusion soumis par des entreprises étrangères en Chine font l'objet de divers contrôles administratifs conformément aux stipulations des lois chinoises.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine/Pakistan : réception pour marquer le 60e anniversaire de l'établissement de leurs relations diplomatiques
Le vice-président chinois rencontre le président du Conseil européen
L'informatique en nuage en Chine
La gravité de la conduite en état d'ivresse ne s'évalue que par le sang
La mauvaise qualité des championnats chinois, un handicap pour l'industrie du sport
Comment traiter les traumatisms post-séisme
Le vol d'oeuvres d'art à la Cité Interdite doit déclencher une alarme