Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 13.04.2011 13h18
Le sommet du BRICS, un rendez-vous faisant époque (partie I)

Ayant vécu l'onde de choc de la tourmente financière, l'économie mondiale est toujours chancelante. Pire, la vague de contestations politiques en Afrique du nord et au Moyen-Orient, ainsi que les récents séisme et tsunami dévastateurs du Japon, ont aggravé cette précarité des marchés du monde.

C'est dans ce contexte que les dirigeants du Brésil, de Russie, d'Inde, de Chine et d'Afrique du Sud vont se réunir, dans le cadre du sommet du BRICS, un acronyme desdits pays.

Ce rendez-vous, qui se tiendra jeudi dans la ville méridionale chinoise de Sanya, a pour but de tracer la voie à suivre pour ce mécanisme prometteur, mais aussi d'explorer les moyens de renforcer la reprise, encore fragile, de l'économie mondiale.

La réunion, qui sera présidée par le président chinois Hu Jintao, a pour thème "Regard sur l'avenir, partage de la prospérité". Elle devrait aborder entre autres la situation internationale, les affaires économiques et financières du monde, les questions de développement et la coopération au sein du BRICS, a fait savoir ministre assistant chinois des Affaires étrangères, Wu Hailong, lors d'un point de presse.

La conférence, la première pour l'Afrique du Sud en tant que membre à part entière du bloc et la troisième pour les autres pays membres, "va transmettre à la communauté internationale un message de confiance, de solidarité, de coopération et de bénéfice commun", a déclaré M. Wu, souhaitant que les efforts concertés des différentes parties puissent faire de cette réunion une étape importante dans la coopération au sein des pays du BRICS.

Un régime de coopération efficace et productif contribuera non seulement à apporter des avantages substantiels aux peuples des cinq pays membres, mais aussi à aider à stimuler la croissance économique mondiale et à contribuer à la paix et au développement du monde, a ajouté ce responsable.

L'esprit de coopération constitue un remède efficace en cette époque de post-crise. Dans un récent discours baptisé "les défis mondiaux, les solutions mondiales", Dominique Strauss-Kahn, directeur du Fonds monétaire international (FMI), a déclaré que les besoins fondamentaux de la reprise économique mondiale consistaient à apporter de nouvelles approches à la politique économique, à l'inclusion sociale, à la coopération et au multilatéralisme.

Pour sa part, Park Yong-Cyn, un économiste de la Banque asiatique de développement, a déclaré, dans une récente interview accordée à Xinhua, que le dernier dérapage financier international et la crise économique ont véritablement montré que "le monde a besoin de multiples moteurs de croissance pour une croissance très solide et équilibrée".

Les économies émergentes doivent diminuer leur dépendance économique vis-à-vis des économies avancées, a-t-il noté.

Pendant la crise, partie des Etats-Unis en 2008 et dont l'envergure équivaut à celle de la Grande Dépression, les pays développés se sont enlisés. C'est dans une large mesure les économies émergentes qui ont servi de moteur pour renflouer l'économie mondiale, a indiqué Liu Youfa, vice-président de l'Institut chinois des études internationales.

Le fait porte à croire que la montée collective des pays en développement contribue à orienter l'ordre international vers un avenir plus équilibré. C'est le cas du BRICS, qui marque le baromètre de cette grande tendance de l'époque.

La présidente brésilienne Dilma Rousseff a déclaré, dans une interview exclusive accordée à Xinhua, que la présence du BRICS était "extrêmement saine" sur la scène mondiale et qu'elle devenait l'un des leviers du multilatéralisme.

De son côté, le ministre chinois des Affaires étrangères Yang Jiechi a affirmé le mois dernier que la coopération dans le cadre du BRICS était "une importante partie de la coopération Sud-Sud et un pont important pour la coopération Nord-Sud".

Le bloc est attaché à la coopération et non à la confrontation avec les pays développés, a souligné M.Yang, rejetant l'allégation selon laquelle les cinq principaux pays en développement complotent pour renverser l'ordre international existant.


Le président chinois participe au sommet du BRICS 2011


Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le vice-président chinois appelle à la stabilité en Asie de l'Ouest et en Afrique du Nord
La Chine lance son 8e satellite pour son réseau de navigation international
La guerre en Libye est devenue une « patate chaude » pour l'Occident
Les chiffres des dépenses de sécurité publique de la Chine déformés par les médias étrangers
La Chine et l'Inde, moteurs de la croissance asiatique
Nicolas Sarkozy cherche à atténuer le rôle de la France dans la guerre contre la Libye
La Boîte de Pandore a été ouverte en Libye