Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 11.04.2011 11h34
Les économies émergentes, pionnières de l'économie mondiale

D'après des économistes et experts qui se sont prononcés avant le sommet des pays du BRICS, les économies émergentes, avec les pays du BRICS à leur tête, ont apporté une contribution de très haut niveau à la reprise et à la stabilité de l'économie mondiale.

La troisième réunion des pays du BRICS – Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud, se tiendra mardi à Sanya, sur l'île de Hainan, dans le Sud de la Chine.

Les experts ont dit à Xinhua que les grandes économies émergentes continueraient à jouer un rôle de premier plan dans l'avenir.

Des performances impressionnantes et une croissance stable

Bien que la crise financière mondiale ait gravement affecté les économies émergentes, elles ont pris des mesures actives pour accroitre leur demande intérieure et réduire l'impact extérieur, a dit Hong Pingfan, Directeur du Centre de Surveillance Economique Mondiale, qui dépend du Département d'Economie et des Affaires Sociales des Nations-Unies.

M. Hong a précisé qu'en 2011, la croissance économique des pays émergents continuera à être en tête de la croissance économique mondiale.

Il a ajouté que les indices macroéconomiques des pays émergents, comme le PIB, la balance commerciale internationale et la production industrielle ont tous récupéré et même dépassé leur niveau d'avant-crise.

Andrei Ostrovski, Directeur adjoint de l'Institut de l'Extrême-Orient à l'Académie des Sciences de Russie, a dit que les économies émergentes, dont le BRICS, ont connu un développement continu pendant la crise, ce qui leur a offert l'occasion de coopérer avec d'autres pays.

Il a dit que chaque pays possédait ses propres caractéristiques, s'agissant du processus de croissance économique. La Chine a montré de bonnes performances dans tous les domaines, tandis que l'Inde s'est fait remarquer dans le domaine de l'industrie légère.

La reprise des économies émergentes a été stimulée par la demande intérieure, a dit Cyn-Young Park, principal économiste du Bureau d'Intégration Economique Régionale à la Banque Asiatique du Développement.

D'après M. Park, ce sont une consommation et des investissements flexibles, couplés à des politiques fiscales et monétaires adoptées par ces pays qui ont constitué le moteur principal de leur croissance économique.

En tête de la reprise économique

Zhu Min, Conseiller spécial du Directeur général du Fonds Monétaire International (FMI), a dit « Le monde change. L'année dernière, les marchés émergents ont contribué pour environ 70% de la nouvelle croissance économique mondiale ».

M. Zhu a remarqué que c'est la première fois que les marchés émergents dominent la croissance économique mondiale, avec des taux de chômage bas, des taux de déficit bas, des taux d'intérêt élevés et une croissance économique robuste en moyenne, tandis que certaines économies avancées sont engluées dans des taux de chômage élevés, de forts déficits budgétaires, des taux d'intérêts faibles et des taux de croissance bas.
En 2010, la croissance économique des pays émergents a dépassé celle des économies développées, a ajouté M. Hong.

M. Ostrovski a dit que, généralement parlant, les nations du BRICS ont offert une grande quantité de produits d'exportation et satisfait les besoins des marchés mondiaux, ce qui a permis aux autres pays de résister à l'impact de la crise économique et, jusqu'à un certain point, de soutenir leur croissance économique.

Geoff Barnard, Economiste en chef pour l'Afrique du Sud et la Russie au Département des Affaires Economiques de l'OCDE, a dit que tant la Russie que l'Afrique du Sud ont fait preuve de leur viablité économique, la première ayant connu une croissance de 4% et la seconde de 2,8% en 2010.

Faire face aux défis

D'après M. Hong, les économies émergentes pourraient continuer à contribuer à la stabilité économique mondiale sur au moins trois aspects : assurer la stabilité de leur macro-économie, renforcer leurs capacités à résister aux chocs extérieurs, et prendre activement part à la coordination et la coopération mondiales en matière de politiques ainsi qu'en matière de gouvernance économique mondiale.

Vladimir Portyakov, Directeur adjoint de l'Institut de l'Extrême-Orient à l'Académie des Sciences de Russie, a dit que les pays du BRICS, considérés comme la locomotive du développement économique, offrent d'énormes marchés pour les produits et services, ce qui est d'une grande signification pour l'économie mondiale.

M. Lin, de la Banque Mondiale, a quant à lui dit que les pays émergents ont une grande marge de développement, ajoutant qu'ils maintiendraient leur élan de croissance et continueraient à diriger la reprise mondiale, s'ils pouvaient continuer à favoriser leur modernisation industrielle, améliorer la construction d'infrastructures et poursuivre des réformes institutionnelles.

M. Zhu, du FMI a pour sa part dit que la population des pays émergents, qui compte 3 milliards de personnes, commence à avoir plus de poids dans le monde, apportant des changements sur de nombreux plans, comme la demande en énergie et les transferts de pouvoir.

Le président chinois participe au sommet du BRICS 2011


Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le vice-président chinois appelle à la stabilité en Asie de l'Ouest et en Afrique du Nord
La Chine lance son 8e satellite pour son réseau de navigation international
La guerre en Libye est devenue une « patate chaude » pour l'Occident
Les chiffres des dépenses de sécurité publique de la Chine déformés par les médias étrangers
La Chine et l'Inde, moteurs de la croissance asiatique
Nicolas Sarkozy cherche à atténuer le rôle de la France dans la guerre contre la Libye
La Boîte de Pandore a été ouverte en Libye