Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 07.03.2011 08h03
La restriction de la Chine sur l'exportation des terres rares est conforme aux règles de l'OMC (ancien représentant)

La restriction de la Chine sur l'exportation des terres rares est conforme aux règles de l'Organisation mondiale du Commerce (OMC), a déclaré dimanche à l'agence Xinhua (Chine Nouvelle) Sun Zhengyu, ancien représentant de Chine auprès de l'OMC.

La Chine a pris des mesures de régulation sur l'exploitation, la production, la transformation et l'exportation des terres rares, qui concernent à la fois les exportations et l'approvisionnement aux entreprises chinoises, a indiqué M. Sun.

"Conformément aux règles de l'OMC, la régulation d'un pays sur certains produits visant à éviter l'épuisement des ressources et la pollution de l'environnement doit s'appliquer à la fois aux exportateurs et aux utilisateurs nationaux, et l'approvisionnement doit être réduit sur le marché tant étranger que domestique", a noté M. Sun.

La Chine, le plus grand producteur et exportateur de terres rares au monde, fournit plus de 90% de la demande mondiale en terres rares, bien que ses réserves ne représentent qu'un tiers du total des réserves de la planète.

M. Sun a appelé à la diversification de l'approvisionnement en terres rares et émis le souhait que les importateurs de terres rares recherchent cette ressource dans d'autres pays.

La Chine est prête à mener une coopération technologique avec les autres pays producteurs de terres rares, a-t-il ajouté.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine dévoile son plan de développement quinquennal lors de la session annuelle de l'APN
Arrivée à Beijing de la première délégation de la CCPPC
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence