Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 04.03.2011 16h23
L'excédent des changes des banques chinoises en hausse de 32,8% en base mensuelle en janvier

L'Administration nationale des changes, le régulateur chinois des devises, a annoncé vendredi que les ventes des devises étrangères étaient supérieures aux achats de celles-ci par les banques chinoises en janvier, avec pour conséquence un excédent des changes de 68,4 milliards de dollars dans les banques au mois de janvier.

L'excédent des transactions entre les banques et les clients a augmenté de 32,8% en janvier par rapport à décembre 2010, selon un communiqué de l'administration publiée sur son site Internet.

Les clients institutionnels et individuels de Chine ont converti l'équivalent de 150,3 milliards de dollars de devises étrangères en renminbi en janvier et acheté 81,9 milliards de dollars de devises dans les banques, selon l'administration.

Le communiqué précise que les chiffres de l'excédent des changes des banques ne prennent pas en compte les propres transactions de devises des banques et les transactions entre celles-ci.

En janvier, les bénéfices relatifs aux commerce extérieur des clients institutionnels et individuels chinois à travers les banques ont totalisé 186,7 milliards de dollars, alors que les clients ont payé 150,7 milliards de dollars au commerce extérieure, a ajouté le communiqué.

L'année dernière, l'excédent des changes des banques chinoises dans leurs transactions avec les clients domestiques a augmenté de 51% en base annuelle à 397,7 milliards de dollars.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Arrivée à Beijing de la première délégation de la CCPPC
La Chine envoie des transporteurs militaires pour rapatrier ses ressortissants en Libye
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence