Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 28.02.2011 17h22
Yi Gang : L'énorme excédent commercial à l'origine de l'inflation en Chine

Yi Gang, vice-président de la Banque centrale chinoise et directeur de l'Administration nationale des devises, a indiqué lors de la 24e session du séminaire Langrun de prospective économique, qu'à l'origine de l'inflation en Chine on trouve un énorme excédent commercial qui a donné lieu aux 2 850 milliards d'USD de réserves en devises, et que la Banque centrale a dû émettre 20 000 milliards de yuans pour rétablir l'équilibre financier. Il faut ainsi valider diverses mesures pour traiter l'inflation.

Il est capital d'augmenter les importations pour réduire l'excédent commercial

Pour M. Yi, il est nécessaire, au cours du 12e plan quinquennal, d'élargir la demande intérieure, d'optimiser la structure économique, de réduire l'excédent commercial et de maintenir l'équilibre économique. Cependant pour rééquilibrer la balance commerciale, il est préférable de tabler sur une croissance de l'importation plutôt que sur une réduction de l'exportation.

L'excédent commercial issu des comptes courants et commerciaux exerce une forte pression sur la revalorisation du RMB. La Banque centrale a dû émettre une grande quantité de yuans pour racheter des USD et maintenir la stabilité du taux de change de la monnaie chinoise.

Selon M. Yi, le déséquilibre est assez grave au niveau de la balance internationale des paiements. Cet excédent massif a remplacé l'insuffisance en devises pour en devenir le problème majeur avec la croissance trop rapide des réserves en devises. Il est par contre difficile d'investir les réserves en devises dans les actifs réels.

Selon M. Yi, il faut maintenir la stabilité du taux de change du RMB afin de laisser assez de temps à la restructuration économique. En fait, la Chine a réalisé une réforme économique progressive en maintenant la stabilité du taux de change du RMB à un niveau raisonnable, et a sauvegardé la stabilité des cours des marchandises en récupérant la fluidité trop abondante. La réforme progressive du taux de change a été utile pour maintenir l'équilibre dans les règlements internationaux, mais n'a pas porté de solution à tous les problèmes.

Le cercle vicieux des réserves chinoises en devises

Selon M. Yi, il existe un cercle vicieux avec les réserves chinoises en devises : les États-Unis impriment des billets verts et les utilisent pour acquérir des produits chinois ; la Banque centrale chinoise doit sortir des yuans pour racheter les dollars en Chine, et voit ainsi le gonflement de ses réserves en devises ; la Chine place ses réserves en devises dans les actifs américains, mais il est de plus en plus difficile d'en préserver la valeur, et à fortiori de réaliser des profits ; le taux d'intérêt quasi nul aux États-Unis offre également un très faible retour sur investissements pour les bons du Trésor américain.

M. Yi rappelle qu'il faut que la Chine sorte de ce cercle vicieux et redevienne le propriétaire réel de ses réserves en devises.

M. Yi trouve qu'il est nécessaire d'augmenter la demande intérieure, d'optimiser la structure économique, de réduire l'excédent commercial et de maintenir l'équilibre économique dans la situation financière globale actuelle.

En 2011, il voudrait voir une augmentation des revenus populaires, des progrès dans la réforme des tarifs des ressources naturelles, une souplesse dans la gestion des investissements directs à l'étranger, une plus grande flexibilité dans la gestion du taux de change du RMB, une légère hausse du prix des marchandises, une réduction de l'excédent commercial, et un ralentissement modéré de la croissance économique en contrepartie d'une amélioration de la qualité des produits.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Evacuation de Chinois de Libye : le Premier ministre chinois adresse des messages de reconnaissance à la Grèce et à Malte
Chine : les personnes de plus de 80 ans toucheront une allocation
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence