Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 21.02.2011 16h01
Le rythme de réforme du Yuan reste « inchangé »

Le rythme de la Chine pour l'internationalisation de sa monnaie reste inchangé, en dépit des appels faits au pays pour accélérer le processus, a dit le Directeur de la Banque Centrale Zhou Xiaochuan.

L'internationalisation du Yuan verrait la monnaie chinoise jouer un plus grand rôle dans le commerce mondial et devenir un moyen de paiement accepté internationalement.

M. Zhou, Gouvereneur de la Banque Populaire de Chine, a dit que la Chine mettait l'accent sur un processus progressif pour internationaliser sa monnaie, et qu'il n'y avait aucun changement de sa position depuis que la banque a annoncé cette politique en 2009.

« Le sujet est assez délicat et nous n'avons aucune nouvelle annonce à ce sujet pour l'heure », a dit M. Zhou au China Daily lors de sa participation à la rencontre de deux jours des ministres des finances et des gouverneurs de banques centrales du G20 à Paris, qui s'est achevée samedi.

La rencontre a abouti à un accord sur une liste d'indicateurs techniques destinés à suivre les déséquilibres commerciaux et monétaires –causés par le fait que certains pays dépensent alors que d'autres économisent- mais a laissé de côté pour plus tard des questions plus épineuses, notamment quand ces déséquilibres deviennent-ils réellement dangereux et que faire pour en atténuer les effets.

D'après le communiqué du G20, les indicateurs mettront l'accent sur la dette publique et privée, les déficits fiscaux et les taux d'épargne privés.

Le Ministre français des Finances, Christine Lagarde, qui présidait la réunion du G20, a dit que l'accord « n'avait pas toujours été facile », mais qu'il avait eu pour résultat un texte « équilibré et exigeant quant à son application ».

Depuis la crise financière mondiale, des économies majeures, comme la Chine et la Russie, ont appelé à réduire la dépendance envers le Dollar américain pour les investissements et le commerce mondiaux, et accéléré leurs pas pour promouvoir leurs propres monnaies sur un plan mondial.

Le Président français Nicolas Sarkozy était venu avec un agenda ambitieux pour réformer le régime monétaire mondial dominé de facto par le Dollar américain, et souhaitait placer le Yuan chinois dans le panier des monnaies de réserve mondiales.

Cependant, il n'y a eu aucun progrès lors de la conférence de deux jours au sujet de la feuille de route de l'internationalisation du Yuan, bien que la communauté internationale encourage la deuxième plus grande économique du monde à accélerer le rythme.

Mme Lagarde a dit que la réforme du système monétaire mondial se fera sous la responsabilité de l'Allemagne, qui est en train de constituer une équipe pour examiner le sujet dans le cadre du G20.

Beijing a exprimé son intérêt à discuter de la réforme monétaire mondiale, et Nicolas sarkozy a déclaré vendredi que la Chine oragniserait un séminaire sur le sujet à la fin du mois de mars.

Xia Bin, universitaire membre du comité de politique monétaire de la banque centrale, a dit que le processus d'internationalisation du Yuan devait être favorisé progressivement, mais que cela dépendait d'une plus grande flexibilité du taux de change du Yuan et d'un relâchement du contrôle des capitaux.

Louis Kuijs, économiste au Bureau Chine de la Banque Mondiale, avait dit précédemment que la Chine ne devrait pas assouplir les contrôles sur les flux entrants de capitaux à court terme, mais plutôt attendre que le régime monétaire soit devenu plus flexible.

Un rapport d'HSBC a montré qu'un nombre croissant d'entreprises chinoises et internationales souhaitaient utiliser le Yuan pour leurs réglements.

En avril 2009, le Conseil des Affaires de l'Etat a décidé d'établir des projets pilotes dans cinq villes pour utiliser le Yuan dans les règlements commerciaux avec Hong Kong, Macao et les membres de l'ASEAN (association des nations de l'Asie du Sud-Est). Ces projets ont été étendus à vingt villes et provinces un an plus tard environ. Et le 15 décembre dernier, le Yuan a été échangé directement pour la première fois à la Bourse des Changes Interbanques de Moscou, ce qui a été considéré comme une étape très importante vers l'internationalisation de la monnaie chinoise.

La Banque Centrale a également lancé un programme pilote le 13 janvier, permettant aux entreprises chinoises d'utiliser le Yuan pour effectuer des investissements directs à l'étranger pour leurs nouvelles entreprises, fusions, acquisitions et prises de participation à l'étranger.

En plus de l'accélération du processus d'internationalisation du Renminbi, la Chine fait aussi face à une pression extérieure croissante pour qu'elle réévalue sa monnaie.

Mais pour les analystes, décider de la valeur d'une monnaie ne sera pas chose aisée.

« Aussi, nous maintiendrons le taux de change du Yuan basiquement stable tout en améliorant la flexibilité du régime de la monnaie », a dit M. Zhou.

Le taux de change du Yuan face au Dollar US était de 6,5781 vendredi, au plus haut depuis 17 ans. Le Yuan a pris près de 4% face au Dollar US depuis juin dernier.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le PM chinois rencontre le ministre des Affaires étrangères de la République de Corée
Les investissements chinois directs sont bienvenus aux Etats-Unis
Venez voir par vous-même ce qu'est le vrai Tibet
Où en est la situation chinoise de contrôle du tabac?
Les attaques contre la Libye cachent des raisons politiques derrière
Les attaques sur la Libye pourraient conduire à l'anarchie
Pourquoi la France s'est-elle portée à l'avant-garde contre Kadhafi ?