Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 12.02.2011 14h37
Les patrons chinois se battent pour recruter des employés
Un recruteur tient une liste de postes vacants lors d'un salon de l'emploi pour les enterprises privées, vendredi dans la ville de Haining, dans la Province du Zhejiang.

Les villes de la côte et celles de l'intérieur se livrent actuellement une concurrence féroce pour attirer les travailleurs migrants, au moment où la pénurie de main d'oeuvre s'étend aux régions du Centre et de l'Ouest, pourtant moins développées.

A Chongqing, dans le Sud-Ouest du pays, de nombreuses entreprises ont ainsi ouvert un kiosque dans les gares routières et feroviaires dans l'espoir de persuader les ouvriers de rester plutôt que de retourner vers la côte. Des dizaines de millions de travailleurs migrants ont voyagé en car ou en train pendant les vacances de la Fête du Printemps, qui s'achève le 17 février.

Dans la Gare du Nord de Chongqing, vendredi, près d'une douzaine d'ouvriers ont déclaré au China Daily qu'ils resteraient dans leur ville natale si jamais ils pouvaient y trouver des salaires équivalents.

Des conseillers en recrutement sur site de trois grandes usines de Chongqing, dont Foxconn, se sont cependant refusé à spéculer sur une éventuelle pénurie de main d'oeuvre dans la municipalité cette année.

Cependant, sur son site internet, le Bureau du Travail de la ville a publié mercredi une lettre ouverte demandant aux ouvriers de chercher un travail près de chez eux.

De nombreuses villes de la côte ont des exigences strictes qui rendent difficile la scolarisation en écoles publiques des enfants de travailleurs migrants.

A la date de mercredi, des 576 000 ouvriers qui étaient retournés à Chongqing pour célébrer la Fête du Printemps, 71 000 avaient décidé de rester, d'après des responsables du travail.

Ce n'est pas pour autant que les entreprises des régions côtières baissent les bras. Des entreprises de Shanghai ont ainsi envoyé près de 400 cars pour ramener des ouvriers des provinces de l'Anhui, du Henan et du Hubei.

« Nous avons reçu beaucoup de commandes, mais il n'y a pas assez d'ouvriers », a dit à la Télévision Centrale de Chine Hu Qiubin, patron d'une entreprise de jouets à Shanghai.

La pénurie de main d'oeuvre est un sérieux problème pour les industriels à forte main d'oeuvre de la côte. A la Gare de Guangzhou, capitale de la Province méridionale du Guangdong, nombreux étaient les représentants d'entreprises tenant vendredi des panonceaux pour attirer l'attention des travailleurs arrivant dans la gare.

D'après le China Business News, la force de travail migrante a perdu quelque vingt millions de personnes ces trois dernières années.

Zhang Yi, de l'Institut de la Population et de l'Economie du Travail de l'Académie Chinoise des Sciences Sociales, attribue cette pénurie de main d'oeuvre aux changements structurels de la démographie chinoise.

La politique de planning familial, mise en oeuvre depuis trente ans, a eu pour résultat la baisse du nombre
des personnes nées dans les années 1980 et 1990, et c'est un problème, car les jeunes représentent justement une grande proportion des travailleurs migrants.

Une autre raison de la pénurie, d'après M. Zhang, tient au fait que de nombreuses entreprises se sont déplacées vers les régions du Centre et de l'Ouest, moins développées, avec pour conséquence une plus forte demande en ouvriers là-bas. Chongqing a attiré 6,3 milliards de Dollars US en investissements étrangers directs l'année dernière, tandis que Chengdu, la capitale du Sichuan, a reçu 6,4 milliards de Dollars US, d'après China Business News.

Le Gouvernement Central a encouragé les entreprises des régions côtières à moderniser leurs équipements et leurs processus de production, mais la production bas de gamme constitue encore à ce jour une large part de l'industrie manufacturière, a dit M. Zhang. « Les entreprises de la côte devraient se moderniser plus vite. De cette manière, elles n'auront pas à se battre avec les villes de l'intérieur pour attirer une main d'oeuvre bon marché », a t-il dit.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le PM chinois rencontre le ministre des Affaires étrangères de la République de Corée
Les investissements chinois directs sont bienvenus aux Etats-Unis
Venez voir par vous-même ce qu'est le vrai Tibet
Où en est la situation chinoise de contrôle du tabac?
Les attaques contre la Libye cachent des raisons politiques derrière
Les attaques sur la Libye pourraient conduire à l'anarchie
Pourquoi la France s'est-elle portée à l'avant-garde contre Kadhafi ?