Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 21.01.2011 08h34
La Chine très compétitive parmi les huit candidats à la construction du chemin de fer à grande vitesse en Floride

Le 15 janvier en Californie, la délégation d'une société chinoise a fait une prospection en vue de soumettre son projet ferroviaire à grande vitesse. Selon le fonctionnaire qui l'a accompagnée, cette société est « fort compétitive ». Dans son rapport du 16 janvier, CBS (Columbia Broadcasting System) a indiqué que ce projet représente le premier chemin de fer réellement à grande vitesse sur le territoire américain et qu'il permettrait l'entrée du train à grande vitesse chinois aux États-Unis.

Selon CBS, le candidat chinois est China Railway Construction Corporation (CRCC), qui a été en charge d'un grand nombre de lignes ferroviaires à grande vitesse tant en Chine que dans d'autres pays. Lors de sa visite à Fresno le 15 janvier, la délégation de CRCC a mené une enquête préliminaire sur le lieu du projet grâce à l'hélicoptère fourni par les autorités locales. Le même jour, elle s'est entretenue avec les responsables du comté. « Nous avons présenté l'aperçu général du projet, le calendrier des travaux, la progression du projet et les conditions du terrain », explique Henry Perea, superviseur de Fresno et membre de l'Assemblée de Californie. « Les Chinois sont très compétitifs. Ils ont bien compris le fait qu'ils allaient collaborer avec les entreprises locales et employer les ouvriers locaux pour achever ce projet. Ce sera donc un programme à bénéfices mutuels ». 1 500 emplois devraient être créés en Californie grâce à ce projet.

La ligne ferroviaire à grande vitesse s'étendra sur environ 1 100 km et reliera les grandes villes comme Los Angles et San Francisco, en passant par Fresno. D'après les estimations, la construction de la première étape coûtera 45 milliards de dollars. Une fois achevée, cette ligne permettra aux trains de rouler à une vitesse maximum de 350 km/h, c'est-à-dire qu'il ne faudra que 2h30 pour aller de Los Angles à San Francisco, au lieu de neuf heures actuellement. Avec son lourd budget, ce projet qui engagera les efforts de plusieurs villes a donné lieu à de nombreuses contestations, mais il a enfin obtenu le soutien du gouvernement fédéral.

En plus de la Chine, selon CBS, des sociétés de sept pays ont manifesté leur volonté de participer au projet, dont le Japon, l'Allemagne, la France, l'Espagne, la République de Corée et la Belgique. L'équipe japonaise a déjà examiné le terrain et les autres vont la suivre. D'après d'autres sources, si les États-Unis choisissent d'adopter la technique du Shinkansen, le Japon est prêt à accorder à la Californie des prêts à taux d'intérêt bas et à long terme. Selon le plan de la California High-Speed Rail Authority (CHSRA), l'adjudicataire sera déterminé à la fin de cette année. Les travaux commenceront en 2012 et dureront dix ans.

« Il y a dans la délégation chinoise des fonctionnaires du ministère chinois des Chemins de fer », expliquait Associated Press le 16 janvier. « Il s'agit donc d'une visite de lobbying ». Lors de sa visite aux États-Unis en décembre dernier, le ministre japonais des Affaires étrangères Seiji Maehara a aussi joué en Floride un rôle de promoteur de la technologie du Shinkansen. Selon le site web américain Examiner.com, il faut noter que le conglomérat General Electric (GE) a déclaré le mois dernier sa coopération avec une société chinoise et établi une coentreprise avec des fonds d'enregistrement de 50 millions de dollars. Cela signale que la Chine envisage non seulement de participer à la construction des voies ferroviaires à grande vitesse aux États-Unis, mais aussi qu'elle prendra certainement part à leur opération.

La diplomatie du « chemin de fer à grande vitesse » de la Chine fait l'objet d'une polémique. Selon un reportage récent d'ABC, la Chine projette d'élargir d'ici dix à quinze ans son réseau à grande vitesse dans dix-sept pays, et elle en viendra sans doute à relier Beijing à Londres et Singapour. Le journal singapourien Lianhe Zaobao estime que le chemin de fer à grande vitesse joue un rôle de plus en plus important dans la diplomatie chinoise. En plus de l'Europe et de l'Asie, cette stratégie se dirige vers l'Afrique et l'Amérique. La Chine a déjà signé des contrats de construction avec l'Argentine, la Bulgarie, la Thaïlande et le Laos.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine approuve un projet de réglementations pour mieux protéger les propriétaires
La Chine poursuivra les exportations des terres rares, envisageant la mise en place de quotas annuels
Flatter la Chine sur le « rachat de l'Europe »
La Chine contribue à soulager la crise de la dette européenne
Les étrangers connaissent-ils réellement la Chine ?
Comment les Français imaginent la Chine ?
Les excédents commerciaux de la Chine sont gonflés par des méthodes d'évaluation obsolètes