Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 04.01.2011 08h09
Les méthodes obsolètes d'évaluation gonflent l'excédent commercial chinois

L'évaluation du commerce mondial avec le principe du "pays d'origine" ne peut pas refléter la complexité du commerce mondial dans lequel la conception, la production et l'assemblage des produits impliquent plusieurs pays, selon l'analyse des experts.

"Il n'est pas toujours vrai que les produits exportés par un pays soient entièrement fabriqués par celui-ci", a indiqué Tu Xinquan, directeur adjoint de l'Institut national de Chine de l'OMC relevant de l'Université du commerce et de l'économie internationaux.

Un rapport publié par l'Institut de la Banque asiatique de développement (IBAD), au début de ce mois, indique que les statistiques commerciales conventionnelles ont considérablement gonflé les déficits du commerce bilatéral entre un pays, utilisé comme plate-forme d'exportations par des multinationales, et les pays importateurs.

En citant comme exemple l'iPhone, ce rapport indique que toutes les statistiques chinoises et américaines ont considéré l'iPhone comme une exportation chinoise vers les Etats-Unis, bien que l'iPhone soit entièrement conçu et possédé par une société américaine et qu'il soit assemblé à partir de pièces fabriquées dans plusieurs pays.

La Chine est complètement créditée des 179 dollars, prix d'un iPhone vendu en gros, alors qu'elle n'est responsable que de la dernière étape de fabrication de l'iPhone - si on ne devait prendre en compte que l'assemblage, la valeur serait seulement de 6,5 dollars (3,6 %) du coût total, selon ce rapport.

Le cas de l'iPhone est un excellent exemple des relations commerciales chinoises avec d'autres pays, a affirmé Zhao Jinping, un chercheur du Centre de recherche sur le développement du Conseil des affaires d'Etat.

"En fait, le "Made in China" n'est pas seulement un processus où la Chine ajoute de la valeur, mais aussi un processus de valeur ajoutée pour les autres pays", a indiqué M. Zhao.

"Le concept du "pays d'origine des produits" est devenu graduellement obsolète", a déclaré Pascal Lamy, directeur général de l'OMC, lors d'une allocution au Sénat français en octobre.

"Ce que nous appelons "Made in China" est en effet assemblé en Chine, mais ce qui constitue la valeur commerciale du produit provient de nombreux autres pays", a fait savoir M. Lamy.

"Actuellement, à chaque fois qu'un iPod est importé aux Etats-Unis, la totalité de sa valeur déclarée aux douanes, soit 150 dollars, est considérée comme étant une importation en provenance de Chine", a indiqué M. Lamy. "Mais, selon des chercheurs américains, moins de 10 sur les 150 dollars proviennent vraiment de Chine et le reste n'est qu'une réexportation", a-t-il souligné.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
L'Année d'amitié sino-pakistanaise lancée à Islamabad
L'Ukraine a acheminé la majorité de son uranium hautement enrichi à la Russie
Une Chine qui monte en puissance suscitera plus de critiques
Comment vendre l'image d'un Dragon amical ?
Les mesures de règlement des embouteillages à Paris méritent d'être étudiées par Beijing
Interaction active entre la Chine et le monde
Ne pas céder l'Afrique à la Chine est une logique perverse