Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 31.12.2010 08h27
Le vin chinois souffre d'une double pression

Les marques de vin chinois ne sont pas seulement en proie à des produits contrefaits de mauvaise qualité, mais souffrent aussi de la concurrence des marques étrangères. Hier lors d'une conférence sur les vins chinois, Qian Bin, fonctionnaire chargé de la règlementation des opérations sur le marché du Ministère du Commerce a révélé que de 2004 à 2009, la quantité de vin importée en Chine s'est accrue de 250 millions de dollars à 1,05 millard de dollars, soit une augmentation de 3,2 fois.

Et selon des données transmises par Zhu Sixu de l'Association de l'industrie des alcools du Guangdong, la situation semble plus inquiétante. Sur le marché du Guangdong, la consommation d'alcool, de vin et de boissons alcoolisées et celle de bière occupe chacune un tiers des parts. Mais à Shenzhen, on a dépensé en 2009 1,8 millard de yuans (environ 200 millions d'euros) en alcool, 2,8 millards (320 millions d'euros) de yuans en boissons alcoolisées importées et 800 millions de yuans (79 millions d'euros) en vins étrangers. La dépense en vins et boissons alcoolisées étrangers représente 2 fois la consommation d'alcools chinois.

La Chine est un grand producteur de vin dans le monde. En 2009, la production de vin chinois a été de 96 millions de tonnes et reste à la 8e place du monde, soit un peu moins que le 7e (100 millions de tonnes). Cette année, la production de vin de la Chine pourrait monter à la 7e place.
 
Face à l'invasion des vins étrangers en Chine, Wang Xinguo, président de l'Association de la circulation des alcools a expliqué que de plus en plus de « Post-80 » et « Post-90 » devenaient les principaux consommateurs, dont certains ont adopté le mode de vie occidental. Par rapport aux alcools ils préfèrent le café, le coca-cola et le vin.

Actuellement de nombreux vins étrangers sont vendus sur le marché chinois, dont les vins français sont les plus connus, plus variés et occupent la plus grande part du marché chinois. Tous les vins importés de France ne sont pas de haute qualité, mais ils sont vendus quand même à des prix élevés.

Changyu et Dynasty ont déjà changé de stratégie et ont pris l'initiative d'introduire les ventes de vins importés. En plus de faire ses propres vins, Changyu a acquis un certain nombre de marques étrangères. Alors que Dynasty a fondé une société de commerce de vins et a signé des accords de coopération stratégique avec les 10 premiers établissements vinicoles français pour les aider à vendre des vins en Chine par les canaux de Dynasty.


Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Un haut fonctionnaire du PCC rencontre le premier chauffeur de train à grande vitesse de Chine
Un vice-Premier ministre chinois souligne le rôle des finances dans le contrôle macro-économique
Comment vendre l'image d'un Dragon amical ?
Les mesures de règlement des embouteillages à Paris méritent d'être étudiées par Beijing
Interaction active entre la Chine et le monde
Ne pas céder l'Afrique à la Chine est une logique perverse
Pourquoi le « Made in China » est plus cher