100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 25.11.2010 14h21
La « croissance inclusive », clé du développement par bonds du Tibet

Afin de réaliser un développement par bonds, le Tibet devrait adopter le concept de « croissance inclusive », et faire de plus grands efforts pour améliorer le niveau de vie des agriculteurs et nomades relativement pauvres, ont laissé entendre certains tibétologues mercredi.

Lors du Premier Forum Qomolangma sur la Tibétologie, qui s'est déroulé à Beijing, Xu Ping, expert du Tibet à l'Ecole du Parti du Comité Central du Parti Communiste Chinois, a dit que le Tibet a fait de grands progrès économiques depuis 2001, lorsque le Comité Central du PCC a fixé un objectif officiel en vue d'un « développement par bonds » de la Région Autonome du Tibet.

Cependant, le Tibet est toujours resté moins développé par rapport aux autres régions chinoises, en grande partie à cause des ses zones rurales, pauvres, a dit M. Xu.

« Le Tibet devrait donner la priorité au développement de ses zones rurales et nomades, en même temps qu'améliorer son bien-être social, afin de permettre à tous les groupes ethniques de partager plus de bénéfices du développement économique », a-t-il dit.

Le Président chinois Hu Jintao a promis l'adoption de la « croissance inclusive », un concept créé et soutenu par la Banque Asiatique du Développement en 2007 pour résoudre les problèmes sociaux dus au développement économique.

D'après le Président Hu, la croissance inclusive veut dire répandre les bénéfices de la mondialisation et du développement économiques parmi tous les pays, régions et peuples et obtenir un progrès économique et social équilibré par le biais du développement rural.

En 2009, le rapport national des revenus entre les zones urbaines et les zones rurales en Chine était de 3,33 - 1, mais au Tibet, ce rapport était plus élevé, de 3,82 - 1.

Le fossé entre les zones urbaines et les zones rurales a été listé comme un obstacle majeur au développement du Tibet dans un rapport établi en 2009 par le Centre Chinois de Recherche en Tibétologie sur le développement social et économique du Tibet.

Su Faxiang, professeur de sociologie à l'Université Minzu de Chine, a déclaré mercredi lors du forum que le Tibet aura bien du mal à réaliser un développement par bonds s'il ne réussit pas à améliorer le niveau de vie des agriculteurs et des nomades. Car ces deux groupes représentent les quatre cinquièmes de la population totale du Tibet.

Lors de sa cinquième réunion de travail sur le Tibet, en janvier de cette année, le Comité Central du PCC a établi un agenda concernant l'augmentation des revenus des agriculteurs et nomades au Tibet à la moyenne nationale d'ici 2020.

Le Forum Qomolangma sur la Tibétologie, d'une durée de deux jours, a été organisé par le Centre Chinois de Recherche en Tibétologie et a attiré plus de 100 experts venant d'institutions chinoises d'enseignement de niveau supérieur.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine souhaite voir des relations saines avec le Japon (MAE)
Le Premier ministre chinois en visite officielle en Russie
Le sentiment de bonheur personnel est aussi de la responsabilité du gouvernement
La tension monte après les échanges d'artillerie entre les deux Corées
Quelle contribution les Chinois devront apporter au monde au 21ème siècle ?
Deux Europes dans la crise de la protection sociale
Sarkozy forme un nouveau gouvernement en préparation de la présidentielle (ANLAYSE)