100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 21.10.2010 14h11
Les acheteurs chinois de biens immobiliers se tournent vers l'étranger

Les investisseurs individuels chinois accélèrent leur expansion vers les marchés immobiliers étrangers, les mesures de restrictions imposées sur le secteur en Chine continuant de réduire leurs opportunités.

Jusqu'à présent, treize gouvernements locaux ont en effet mis en oeuvre des politiques visant à limiter le nombre de logements qu'une famille peut acheter. L'augmentation du montant du paiement de base tant pour le premier que pour le deuxième logement a également fait monter le coût de l'investissement.

D'après Real Capital Analytics, les entreprises basées en Chine ont investi 62,6 millions de Dollars US sur le marché immobilier américain cette année. Ce chiffre n'inclut pas les sociétés chinoises basées aux Etats-Unis ou autres intermédiaires. Des statistiques de l'Association Américaine des Agences Immobilières ont également montré que les investisseurs en provenance de Chine seraient les investisseurs étrangers les plus à même d'acheter des biens immobiliers américains d'une valeur de un million de Dollars ou plus.

Li Ye, cadre supérieur âgée de 42 ans, a commencé à songer à acheter un appartement aux Etats-Unis juste après que son entreprise ait commencé à émettre des actions sur le Nasdaq. Elle pense que maintenant, c'est le bon moment pour acheter un logement à l'étranger plutôt que d'en acheter un en Chine.

Joyce Rey, Directrice générale de l'agence immobilière américaine Coldwell Banker Previews International, a quant à elle déclaré qu'elle constatait une forte montée de l'intérêt des investisseurs en provenance du Continent chinois.

En tant qu'agent immobilier particulièrement chevronnée aux Etats-Unis, avec une valeur de près de 2 milliards de Dollars US en biens vendus lors de sa carrière, Mme Rey s'est rendue pour la première fois en Chine pour faire la promotion d'appartements de luxe en Californie.

D'après elle, la Californie devient une destination de plus en plus importante pour les investissements chinois dans l'immobilier, suivant de près d'autres marchés populaires comme Singapour, Londres et Vancouver.

Lors de sa visite à Beijing et Shanghai, Mme Rey rencontrera aussi des personnes individuelles chinoises à hauts revenus pour leur donner des informations sur les stratégies d'investissement dans l'immobilier de luxe. Elle envisage de mettre le mieux possible en valeur les biens immobiliers de luxe actuellement sur le marché, dont l'actuel projet immobilier No 2 aux Etats-Unis, Fleur de Lys, coté à 125 millions de Dollars US, et le No 6, Hummingbird Nest Ranch, coté lui à 75 millions de Dollars US.

« De faibles taux d'intérêt et une bonne valeur après la crise financière promettent des retours attractifs aux investisseurs », a t-elle dit.

L'agence de services immobiliers internationale Colliers International a de son côté annoncé dans un rapport publié lundi que les acheteurs chinois en provenance du Continent continuaient d'être un facteur dominant à Vancouver, en particulier à Vancouver-Ouest et Richmond.

« Du fait de la politique immobilière chinoise toujours plus restrictive, nous nous attendons à voir beaucoup plus d'investisseurs du Continent acheter des biens immobiliers à l'étranger dans l'avenir », a dit l'entreprise. L'augmentation potentielle des prix de l'immobilier à Vancouver devrait se situer entre 20 et 40% dans les dix à trente ans qui viennent.

De la même manière, les investisseurs chinois ont dépensé environ 170 millions de Livres (260 millions de Dollars US) pour acheter des logements nouvellement construits dans le centre de Londres lors de la période de douze mois qui s'est terminée en mars 2010, stimulée par une Livre plus faible et une politique immobilière plus restrictive en Chine, a dit l'agence immobilière internationale Knight Frank.

Et des chiffres en provenance du fournisseur de services immobiliers Savills ont également montré que les acheteurs venant d'Asie du Sud-Est, ainsi que ceux venant du Continent et de Hong Kong, représentaient 35% des ventes de nouveaux programmes immobiliers à Londres, faisant des Chinois les acheteurs étrangers les plus actifs dans la ville.

« Les restrictions récemment apportées (par le Gouvernement) à l'encontre du marché immobilier local chinois ont aiguisé les appétits pour les achats immobiliers à l'étranger. Et le renforcement du Yuan contre la plupart des monnaies importantes ces deux dernières années a également eu pour conséquence que les acheteurs chinois peuvent acheter des biens immobiliers à bon prix », a précisé Randall Hall, PDG de Savills China.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Ouverture de la 7ème édition de l'Exposition Chine-ASEAN à Nanning
Xi Jinping nommé vice-président de la Commission militaire centrale
Pourquoi la Banque centrale augmente t-elle résolument son taux d'intérêt ?
Les Etats-Unis reculent dans leur dispute monétaire avec la Chine
Le prix Nobel de la paix induit en erreur
Le Japon doit voir au delà de ses problèmes internes
La Chine se développe pacifiquement, mais sa patience a des limites