100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 10.09.2010 17h08
Les géants de l'énergie mondiale investissent le marché chinois

Les grandes sociétés nucléaires du monde sont à la recherche d'opportunités de marché dans le domaine du combustible nucléaire en Chine, alors que le pays vient de lancer un ambitieux programme d'expansion nucléaire.

La demande de la Chine en uranium pourrait atteindre 20 000 tonnes par an d'ici 2020, soit plus d'un tiers des 50 572 tonnes extraites dans le monde entier l'année dernière, a annoncé l'Association Mondiale Nucléaire.

La demande chinoise en combustible nucléaire a déjà bénéficié à des fournisseurs étrangers d'uranium comme l'Australien Paladin ou le Canadien Cameco Corporation, qui cherchent à coopérer avec les développeurs des centrales nucléaires chinoises en fournissant des sources d'approvisionnement en uranium à long terme.

Ayant pris conscience de l'énorme potentiel de marché et des réserves d'uranium limitées de la Chine, les sociétés du secteur des technologies d'énergie nucléaire comptent aussi sur leurs propres forces pour trouver d'autres substituts à l'uranium.

Atomic Energy of Canada Limited (AECL), société publique canadienne de technologie nucléaire, dit qu'elle envisage deux combustibles nucléaires alternatifs : l'uranium récupéré et le thorium.

L'entreprise a démontré la faisabilité de l'utilisation d'uranium récupéré dans les réacteurs à eau légère, avec son Qinshan CANDU Unit 1, qui devrait consommer 30% d'uranium naturel en moins.

Si l'essai, d'une durée d'un an, est concluant, cette pratique pourrait aider la Chine à extraire davantage d'énergie de son uranium importé, ainsi que de réduire les stocks de combustible nucléaire usagé, hautement radioactif, a dit Ruan Yangqiang, Vice-président régional de l'entreprise.

Cette technologie consiste en un traitement du combustible usagé afin de récupérer l'uranium qui n'a pas été utilisé, qui est ensuite mêlé avec une certaine quantité d'uranium appauvri, afin d'obtenir un mélange qui a les mêmes caractéristiques que l'uranium naturel.

AECL est le concepteur et le développeur de la technologie CANDU.

Sa présence en Chine est limitée à la centrale de Qinshan Phase III, qui utilise des réacteurs à eau lourde pressurisée. Mais la Chine, comme la plupart des autres pays, préfère les réacteurs à eau légère.

Mais il fait aussi partie de la stratégie de l'entreprise, populariser son réacteur à eau lourde pressurisée qui, d'après elle, est le type de réacteur nucléaire idéal pour utiliser l'uranium recyclé et le thorium comme une source alternative de combustible nucléaire.

Le thorium est de trois à quatre fois plus abondant que l'uranium, et il est largement présent dans de nombreux pays, enfin c'est une ressource facilement exploitable.

Les experts estiment que la Chine dispose de près de 300 000 tonnes de réserves de thorium, ce qui lui suffit pour une utilisation d'une durée de 300 ans.

En revanche, les réserves d'uranium identifiées ne pourront suffire que pour 95 ans au rythme annuel de consommation actuel, d'après le Livre Rouge sur l'Uranium 2009.

« La Chine est en bonne position pour utiliser ses abondantes quantités de thorium locales pour alimenter son nouveau plan de construction nucléaire et réduire ainsi sa dépendance envers les sources de combustibles importés », a dit Hugh MacDiarmid, Président d'AECL.

« Les combustibles nucléaires naturels devenant rares, nous devons envisager des technologies de réacteurs qui peuvent utiliser de manière plus efficace les ressources en uranium et les ressources en combustibles alternatifs, comme le thorium », a dit de son côté M. Ruan.

Un autre fournisseur de technologie nucléaire, le français Areva, est aussi en train de considérer une possible coopération dans le secteur du recyclage du combustible nucléaire en Chine, comme la gestion des déchets.

Areva a signé un accord pour une étude de pré-faisabilité concernant la construction d'une usine de retraitement de combustible usagé, a annoncé l'entreprise.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le président chinois met l'accent sur l'importance de l'éducation
Xi Jinping : la Chine s'engage à créer un environnement d'investissement plus ouvert pour les entreprises étrangères
Ce n'est qu'en disant la vérité que la voix de la Chine fera plus autorité
Présenter une Chine variée à l'Europe
La croissance chinoise se fait aussi avec les pays d'Afrique
Un été, témoin d'incessantes expulsions de Roms, qui « fait rougir la France »
Les liens sino-européens nagent encore dans l'incompréhension mutuelle