100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 27.08.2010 14h28
Pour son trentième anniversaire, le gouvernement revoit le rôle de Shenzhen

Alors que la première zone économique spéciale de la Chine va fêter son trentième anniversaire, c'est un superbe cadeau d'anniversaire que Shenzhen vient de recevoir de la part du gouvernement central.

Le Conseil des Affaires d'Etat, ou le gouvernement chinois, vient en effet, de décréter que la grande ville côtière du Sud, proche de Hong Kong, allait devenir un « centre économique national » et une « ville de poids mondial » dans les domaines des échanges de culture, d'économie et de technologie.

Son changement de statut, auparavant celui de « ville centrale du Sud de la Chine » est arrivé dans la réponse du Conseil des Affaires d'Etat à son Plan de Développement Urbain, alors que la ville va fêter cet important anniversaire.

Son nouveau statut porte avec lui un rôle d'axe économique destiné à guider le développement des villes voisines, comme Guangzhou, Dongguan et Huizhou, ainsi que des provinces du Jiangxi et du Hunan, situées un peu plus au Nord.

Pour Xu Chongguang, Directeur adjoint de la Commission Municipale de Planification et des Ressources Foncières, le Conseil des Affaires d'Etat a de cette manière reconnu le fait que Shenzhen a accepté ses responsabilités.

« Quand nous avons commencé à élaborer le plan en octobre 2006, nous avons insisté sur le contrôle et la disparition de l'expansion urbaine excessive, afin d'essayer de trouver une façon plus durable et plus efficace pour le développement urbain de la Chine », a dit M. Xu.

La ville va devoir renforcer ses liens avec Hong Kong, donner la priorité aux transports publics et verts, et devenir une zone d'habitat durable et respectueuse de la nature, avec des services publics de qualité dans les domaines de l'éducation, de la santé, de la sécurité sociale et du logement pour les familles à faibles revenus.

Wang Rong, Secrétaire du Comité Municipal de Shenzhen du Parti Communiste Chinois, dit que le PIB en forte croissance de Shenzhen, qui est passé de 196 millions de Yuans en 1979 à 820 milliards de Yuans l'année dernière, a incité d'autres villes à copier son modèle, que l'on connaît mieux sous le nom de « Vitesse Shenzhen ».

« Après avoir apporté une formidable contribution à l'amélioration du bien-être matériel du peuple chinois lors des trente dernières années, Shenzhen a désormais un nouveau rôle à jouer dans la réforme, celui d'améliorer l'environnement pour les gens et les entreprises afin qu'ils prospèrent, ainsi que de devenir une ville internationale moderne, sur un pied d'égalité avec Hong Kong et Singapour », a-t-il dit.

Cependant, Guo Wanda, Vice-président du China Development Institute, basé à Shenzhen, dit que la ville, avant de pouvoir prétendre rivaliser avec les autres grandes villes internationales doit régler ses propres problèmes.

Citant l'une de ses enquêtes, M. Guo dit que Shenzhen, bien qu'étant déjà devenue une économie développée, reste bien loin derrière ses homologues dans de nombreux domaines, et en particulier ceux de l'utilisation efficace de l'énergie et des ressources.

Par exemple, le PIB de la ville par km carré ne représente que le onzième de celui de Hong Kong. Son efficacité dans l'utilisation de l'eau, mesurée par la consommation d'eau pour chaque tranche de 10 000 Yuans de PIB, représente à peine un tiers de celle du Japon.

Et des chiffres officiels montrent que son PIB ne représente que la moitié de celui de Hong Kong, alors pourtant que sa population et son territoire sont deux fois plus importants.

Mais outre ce modèle de croissance économique qui n'est pas soutenable, d'autres problèmes existent aussi, comme la corruption et l'exploitation de la force de travail.

Ainsi l'ancien maire, Xu Zongheng, a-t-il été démis de ses fonctions à la mi-août pour avoir abusé de ses fonctions au profit d'autres personnes, avoir accepté des pots-de-vin et mené un style de vie corrompu, et le suicide de douze jeunes employés de Foxconn cette a également fait parler de Shenzhen, hélas pour de mauvaises raisons.

Pour M. Guo, ces deux problèmes sont des « preuves évidentes » que la croissance économique seule ne peut garantir un mode de gouvernement orienté vers le service du public, ni satisfaire les citoyens.

« Des problèmes épineux comme le fossé grandissant des richesses, la corruption, le développement déséquilibré et des services publics insuffisants, doivent tous être traités au plus vite », a-t-il dit.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Hu Jintao et Wen Jiabao appellent à n'épargner aucun effort pour sauver les blessés d'un crash aérien
La Chine et l'Afrique du Sud nouent un "partenariat stratégique global"
Le rapatriement de Roms ternit l'image de France
Il faut arrêter les propos disant que l'environnement d'investissement en Chine empire
Instituts Confucius : pourquoi faire tant d'histoires ?
Les travailleurs chinois à l'étranger rencontrent trois difficultés dans la défense de leurs droits et intérêts légitimes
L'appartenance de la Chine au pays en voie de développement ne doit pas être ignorée ni démenti