Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 23.03.2012 09h36
BBC TV apprend à dire yi, er, san aux enfants

Une nouvelle émission d'animation télévisée britannique enseigne aux tout-petits à parler mandarin, ce qui témoigne, selon les experts, de la popularité croissante de la langue chinoise à travers le monde.

Le Lingo Show, tel est son nom, est diffusé en semaine sur la chaîne BBC CBeebies, dont le public cible est les enfants de moins de 6 ans, et a pour ambition de présenter des mots de chinois, de français et d'espagnol à ses jeunes téléspectateurs par l'entremise d'une gamme de personnages hauts en couleur.

Depuis ses débuts ce mois-ci, cette émission remporte déjà un vif succès, avec son site internet de jeux partenaire qui aurait attiré 238 000 visiteurs la première semaine, soit un quart de tous les visiteurs de CBeebies cette semaine.

Les épisodes diffusés à ce jour ont vu l'apparition d'un insecte nommé Wei, qui a présenté des objets familiers en mandarin. Portant des patins à roulettes et coiffé d'un casque, Wei enseigne aux enfants des rudiments de chinois, tels que les chiffres jusqu'à 10 et les couleurs, à travers des jeux et des chansons.

Les épisodes qui suivront présenteront les aventures d'un insecte français, Jargonaise, et d'un insecte espagnol, Queso.

« Pour dire les choses franchement, apprendre le chinois est plus difficile que d'apprendre d'autres langues, telles que le français », a déclaré Roland Michael, de Londres, qui regarde le Lingo Show avec sa petite fille âgée de six ans. « L'anglais, le français, l'espagnol sont toutes des langues enracinées dans l'Europe ... elles sont donc faciles. Je pense que les enfants peuvent saisir facilement le chinois à travers des dessins animés. C'est une bonne idée ».

Cette émission est la dernière preuve de la popularité croissante du chinois, selon Chen Tongdu, le représentant de l'Institut Confucius au Royaume-Uni.

Selon le siège de l'institut à Beijing, 5.200 écoles du Royaume-Uni proposent aujourd'hui des cours de mandarin.

« Ils (les Britanniques), voient de grandes opportunités dans l'apprentissage du Chinois », a récemment déclaré Liu Xiaoming, ambassadeur de Chine au Royaume-Uni.

« Avec le développement de la Chine, le Royaume-Uni et d'autres pays auront besoin de s'engager davantage avec la Chine. Et naturellement, la demande en personnes pouvant s'exprimer en chinois va croître ».

Kathy Chen, qui vit à Londres avec son mari de nationalité britannique et son fils de 3 ans, dit qu'elle travaille dur pour s'assurer que son enfant pourra parler mandarin.

« Plus tard, être capable de parler le chinois sera un avantage pour lui et lui offrira plus d'opportunités au Royaume-Uni », a-t-elle dit.

L'Institut Confucius a précisé que ses classes de langue et de culture chinoises sont présentes dans 105 pays et régions, couvrant 86 % de la population mondiale, et plus de 160 universités dans 62 pays ont montré « un vif intérêt » pour le démarrage de cours de mandarin, avec l'aide de l'Institut.

Le 15 mars dernier, le Ministre de l'Education et des Sciences serbe Zarko Obradovic et l'Ambassadeur de Chine en Serbie Zhang Wanxue ont ainsi signé un protocole de coopération sur un nouveau projet destiné à organiser des cours de chinois dans les écoles primaires et secondaires serbes, concernant 2 462 élèves.

De même, en juillet de l'année dernière, les responsables suédois ont également annoncé que toutes les écoles primaires proposeraient des cours de mandarin d'ici 10 ans, et en septembre, les autorités pakistanaises ont dévoilé des plans d'éducation visant à rendre le mandarin obligatoire dans les écoles pour les enfants âgés de 10 ans et plus.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Principales nouvelles du 23 mars
L'« aurore » a-t-elle fait son apparition en Libye ?
La politique extérieure de la Chine : pas plus qu'elle ne peut assumer
Le recours américain devant l'OMC contre les quotas de la Chine sur les terres rares pourrait aggraver la situation