Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 05.08.2011 13h23
Le Musée du Palais impérial de Beijing fait face à une crise de confiance, du fait de la négligence dans la gestion

Seulement en trois mois compris entre les mois de mai et de juillet, des nouvelles extraordinaires émanant du Musée du Palais impérial de Beijing se sont succédé l'une à l'autre : un cas de vol, une faute d'emploi entre deux caractères chinois et une pièce de porcelaine cassée. Ce qui fait que le Musée du Palais impérial de Beijing fait face à une crise de confiance qu'elle n'avait jamais rencontrée.

Selon China News Service (CNS), le 8 mai dernier, plusieurs objets anciens exposés dans une salle du Musée du Palais impérial avaient été volés en une seule journée. Après une recherche de 58 heures, le voleur a été saisi et les objets perdus ont été récupérés.

Le 15 mais, pour remercier le Bureau municipal de la Sécurité publique de Beijing de ses efforts faits pour récupérer les objets perdus, l'Administration du Musée du Palais impérial lui a offert une bannière de brocart où ont été brodés dix caractères chinois dont l'un était un homonyme du caractère qu'il faut. Evidemment une faute d'emploi du caractère. Ce qui a fait perdre la face de cette haute institution culturelle !

Le 4 juillet, une pièce de porcelaine datant de la dynastie des Song (960 ---1279), un objet ancien appartenant aux trésorts d'Etat, s'est cassée, du fait de la negligence d'un membre du personnel, au moment où celui-ci l'a soumise à une opération de mesure. Ce n'est qu' après 28 jours que le Musée du Palais impérial a rendu publique cette affaire sur les médias. Comme mesure de sanction, le membre du personnel–opérateur direct s'est vu infliger un grave blâme administratif et son directeur immédiat a fait l'objet d'un avertissement. Mais plus de 80% des internautes chinois sont mécontents d'un tel résultat de traitement.

Ces plusieurs incidents montrent que des membres du personnel du Musée du Palais impérial manquent de sens de responsabilité élémentaire et de conscience de leurs devoirs. Et cela, du fait qu'ils ne se rendent pas bien compte de l'importance du Musée du Palais impérial.

Le Palais impérial d'aujourd'hui n'est plus, depuis longtemps déjà, un jardin de propriété privée. Après la réforme de ces dernières années, il est devenu une institution publique entièrement aux frais de l'Etat. Ses membres du personnel devraient rejeter le style de travail des « mandarins » gouvernementaux et faire l'objet de la supervision du public, en plus du département dont il relève.

Autrefois, à la suite de chaque pareil incident, le ministère chinois de la Culture, le Bureau d'Etat des Musées et des Découvertes archéologiques et l'Administration du Musée du Palais impérial ont toujours demandé d'aiguiser le sens de responsabilité et établi multiples mesures. Mais des incidents se sont produits, malgré tout. Il faut appliquer un système de gestion scientifique, dans un esprit d'ouverture.

Ce qui est étonnant, c'est que dans le traitement de ces incidents, aucun gestionnaire n'a été interrogé sur sa responsabilité. Si on se contente de ces mesures de « sanction », les mêmes faits ne manqueront pas de se reproduire.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Dette américaine : Zhou Xiaochuan indique que la Chine s'en tiendra au principe de la diversification des investissements en devises étrangères
Chine : le porte-avions est légitime pour le développement pacifique du pays (Commentaire)
Pourquoi l'accident meurtrier du train à grande vitesse chinois s'est produit ?
Quotidien du Peuple : les forces sociales essentielles aux opérations de secours suite à l'accident ferroviaire meurtrier en Chine