Edition du week-end/Plan du site/Notre site/Archives/

 
Français>>CultureMise à jour 15.04.2009 13h54
Le Chinglish a un avenir, ne le piétinez pas

Oliver Radtke estime que les erreurs du chinglish (chinese english, l'anglais avec des erreurs utilisé par les sinophones) sont amusants, mais il n'existe pas uniquement pour amuser les gens, d'autant plus que ce mélange linguistique est devenu un bon business pour ce sinologue allemand, qui estime qu'il ajoute du piment à la soupe alphabétique anglaise d'aujourd'hui.

"Ma position sur le chinglish: il faut le conserver".

"Cette langue ne devrait pas être considérée comme une plaisanterie stupide qui fait rire les touristes étrangers, elle devrait être chérie comme un trésor culturel", a déclaré ce concepteur multimédia de 32 ans, qui se rendait en Chine depuis près d'une décennie avant de s'installer à Beijing en 2007.

"J'essaie de contester l'idée qu'il n'existe qu'un seul type d'anglais standard. L'idée que le seul anglais standard, c'est celui qui est parlé en Amérique du Nord et aux îles britanniques est trop conservatrice, car le chinglish est déjà utilisé par des millions de personnes en Chine pour communiquer les uns avec les autres".

Ainsi, depuis 2005, le linguiste a recueilli sur son site internet www.chinglish.de plus de 5 000 spécimens de "merveilleux résultats du mélange de l'anglais des dictionnaires avec la grammaire chinoise" et a déjà publié deux livres sur ce sujet.

Le site reçoit près de 10 000 visites par semaine, a-t-il dit, et son premier livre, Chinglish: Found in Translation, a été vendu à près de 50 000 exemplaires depuis qu'il a été publié en septembre 2007 par Gibbs Smith Publishers. Son nouveau livre, More Chinglish: Speaking in Tongues, a été mis en vente au cours du mois d'avril et il est disponible à Beijing dans la librairie de Wangfujing et au Bookworm.

"Les deux livres sont uniques car ils vont au-delà d'un livre que vous prenez pour le fun avec vous dans l'avion, dans la mesure où ils parlent de cette approche de la conservation, de la valeur académique du chinglish, de la combinaison créative de l'anglais et du chinois, et de la raison pour laquelle nous devrions conserver cette langue", a déclaré Radtke.

Patricia Schetelig, qui travaille pour l'Ambassade d'Allemagne à Beijing et contribue régulièrement au site www.chinglish.de , affirme qu'elle se félicite de l'approche de Radtke par rapport au chinglish.

"Ce qui est important pour moi, c'est qu'il ne se moque pas de la façon dont les choses sont traduites, a-t-elle dit.

"Il y a d'autres sites web qui font des choses semblables, mais ils se moquent du chinglish ou affirment que les phrases ne devraient pas être traduites de cette façon."

Voici certaines phrases favorites de M.Radtke: "Welcome to Presence", "Wash after relief", "Little grass has life, please watch your step" et la toute première phrase, qui a suscité son intérêt pour le chinglish en 2000 : "Don't forget to carry your thing".

Une autre de ses inscriptions préférées, c'est "STELIOT", le mot anglais "toilettes" écrit à l'envers. M.Radtke a dit qu'il aime beaucoup la logique de celui qui a conçu cette inscription qui provient d'une supposition, que si les caractères chinois peuvent être écrits de droite à gauche, les lettres latines peuvent être écrites de la sorte également.

Une partie de sa mission, selon M.Radtke, c'est de préserver les spécimens du chinglish qui sont en voie de disparition.

Il était angoissé de constater que le gouvernement remplaçait les panneaux avec chinglish par des inscriptions en anglais standard pendant la campagne pour les JO de Beijing.

"C'était une journée triste pour moi et une journée triste pour le chinglish", a dit M.Radtke.

Mais l'Américain David Tool, qui avait été impliqué dans le travail de "nettoyage" du chinglish à Beijing depuis 2001 n'est pas d'accord avec lui.

"(Le chinglish) enlève toutes les valeurs esthétiques, éducatives et culturelles que nous voulons donner à ces signes, a affirmé le conseiller du Beijing Speaks Foreign Languages Committee.

"Nous sommes distraits lorsque nous essayons d'expliquer quelque chose. Ce n'est pas de cette façon que l'on peut traiter les questions avec respect."

Selon M.Radtke, si le chinglish a tendance à disparaître rapidement du secteur public, il sera toujours en plein essor dans le secteur privé.

"Les restaurants, les établissements privés, les petits magasins – le chinglish n'y disparaîtra jamais. Une grande quantité du chinglish est produite quotidiennement, et je m'en réjouis."

M.Radtke estime que le fait que l'anglais tout comme le chinois soient des langues étrangères pour lui, c'est plutôt un avantage qu'un inconvénient pour sa compréhension du chinglish.

"Etant donné que j'ai une perspective de l'extérieur, je suis loin d'être très critique par rapport à ceci".

Il a ajouté qu'il demande régulièrement aux personnes pour qui l'anglais est la langue maternelle d'évaluer les inscriptions en chinglish qu'il recueille.

M.Radtke a dit que beaucoup d'internautes chinois étaient furieux lorsqu'il a commencé son blog. Il avait reçu au début beaucoup de lettres coléreuses.

"Mais tout cela a changé, car les personnes ont compris mon point de vue sur le chinglish, que je considère être une fenêtre de la logique chinoise pour les non-sinophones et un pont culturel entre l'Occident et la Chine.

"Ils devraient en être fiers.", a-t-il rajouté.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le 11e Festival des arts de l'Asie a commencé à Ordos
Chine reste le pays le plus attirant pour les capitaux étrangers, selon une enquête des Nations Unies
La grandeur d'âme du peuple chinois reflétée à travers les changements de l'Avenue Chang'an
Les chiffres de juillet montrent plus de changements positifs dans l'économie chinoise
Quel est le but des visites en Afrique des dirigeants américains ?