Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 15.06.2012 07h58
Le porte-parole chinois des A.E. répond aux derniers commentaires sur l'île Huangyan

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Liu Weimin a répondu jeudi aux derniers commentaires de la partie philippine sur les disputes en cours entre les deux pays en mer de Chine méridionale, expliquant que ces problèmes devaient être résolus de manière appropriée et par voie diplomatique.

S'exprimant lors d'un point de presse régulier, Liu Weimin a affirmé que la Chine avait pris note des remarques formulées par le président philippin Benigno Aquino III à l'occasion d'un événement organisé mercredi pour commémorer les relations bilatérales sino-philippines. Le président philippin a évoqué durant sa prise de parole l'apaisement des tensions concernant les revendications de souveraineté concurrentes en mer de Chine méridionale.

M. Aquino a mentionné l'importance qu'il attache aux relations bilatérales, et la Chine fait également grand cas de ces relations, a indiqué M. Liu, ajoutant que la Chine souhaite des efforts concrets de la part des deux pays pour promouvoir le développement sain de ces rapports.

Selon le porte-parole, les bateaux chinois mènent actuellement "des activités de pêche normales" dans les eaux au large de l'île Huangyan, en mer de Chine méridionale, et les "navires du gouvernement chinois continueront à offrir une gestion et des services aux bateaux et pêcheurs nationaux".

Il a noté que "la situation générale a tendance à s'apaiser". Cependant, "la Chine espère que les Philippines se garderont d'agir de manière susceptible de compliquer la situation et d'accentuer les tensions", a-t-il prévenu.

Selon des médias, le président a réaffirmé dans son discours la souveraineté et l'intégrité territoriale des Philippines en se référant aux lois nationales et internationales.

M. Liu a expliqué que la Chine avait pris note de la position de M. Aquino, soulignant cependant que les autorités philippines avaient affirmé à plusieurs reprises que, selon les lois nationales, l'île Huangyan ne faisait pas partie du territoire philippin.

La Convention des Nations Unies sur le droit de la mer ne constitue pas une loi internationale définissant des revendications territoriales.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
La Syrie, un nouveau coup de menton de l'Occident
Un plan d'action enthousiasmant
Les relations sino-iraniennes