Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 14.07.2011 08h06
L'avenir des relations militaires sino-américaines exige le respect et la confiance mutuels (COMMENTAIRE)

La visite en Chine du chef d'état-major interarmées des Etats-Unis Mike Mullen, six mois après celle du secrétaire d'alors à la Défense, Robert Gates, indique qu'un mécanisme d'échange inter-militaire est en formation. L'avenir des relations militaires sino-américaines exige le respect et la confiance mutuels.

Pendant quatre jours, M. Mullen avait un calendrier bien chargé. Il s'est entretenu avec de hauts dirigeants chinois et a effectué des visites dans des unités clés de l'armée, de l'air et de la marine, dont celle de la 2e Corps d'artillerie, qui commande les installations nucléaires de la Chine.

Ces arrangements ont été réalisés en vue de souligner l'ouverture, la transparence et la confiance en ses capacités de l'armée chinoise en réponse aux gestes réciproques des Etats-Unis d'ouverture en mai dernier de leur plus grande base navale au général Chen Bingde, le chef d'état-major général de l'Armée populaire de libération (APL) à l'occasion de sa visite aux Etats-Unis.

A l'issue des pourparlers à huis clos lundi au siège de l'APL à Beijing, les deux commandants en chef ont convenu de faire progresser les liens militaires bilatéraux, de maintenir conjointement la stabilité et la prospérité dans la région Asie-Pacifique, et de mener des programmes d'échanges militaires, dont des exercices conjoints médicaux et de secours dans le courant de l'année et l'an prochain.

Les interactions militaires entre les deux premières économies du monde s'avèrent néanmoins la partie la plus fragile et la plus délicate dans l'ensemble des relations sino-américaines.

Les dernières avancées obtenues dans les relations militaires sino-américaines ne dissimulent pourtant pas les défis, les deux parties divergeant toujours sur nombre de questions allant des ventes d'armes américaines à Taiwan à la surveillance des côtes chinoises en passant par les exercices militaires menés par Washington à proximité de la mer de Chine méridionale avec les Philippines et le Vietnam.

Ces questions, relatives aux intérêts fondamentaux de la Chine, doivent donc être traitées avec prudence si les Etats-Unis souhaitent une relation saine avec la Chine.

Une région d'Asie-Pacifique stable, sûre et pacifique est à la fois dans l'intérêt de la Chine et des Etats-Unis. Les deux pays ont besoin non seulement d'élargir leur terrain d'entente, mais aussi de résoudre leurs différends par le biais d'un dialogue franc.

Les deux forces armées doivent également conjuguer leurs efforts pour approfondir la confiance mutuelle. L'ouverture des installations militaires sensibles de part et d'autre contribue sans aucun doute à ce but.

Lors de la visite du président chinois Hu Jintao aux Etats-Unis plus tôt dans l'année, les deux pays ont réaffirmé qu'une relation saine, stable et fiable entre les deux armées est une partie importante des relations sino-américaines positives, coopératives et globales.

Pendant sa visite dans l'Université du peuple, le général Mullen a déclaré que la poursuite d'une relation militaire positive et renouvelée nécessite un engagement sérieux, et que celle-ci offrirait au bout du compte des avantages qui s'étendent bien au-delà des frontières des deux pays.

Le général Mullen, arrivé en Chine le 9 juillet, vient de boucler la visite qu'il a qualifiée lui-même d'"étape très positive" et de "départ". Les deux pays ont encore un long chemin à parcourir. L'avenir de cette relation qui pourrait modeler le 21e siècle dépend de leurs engagements aux principes de respect et de confiance mutuels.

Par Liu Chang

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Entretiens entre de hauts officiers militaires chinois et américain à Beijing
Maintenir la stabilité des prix à la consommation représente une des premières priorités, PM
Chine-Etats-Unis : les discussions franches sont constructives
Pour le train à grande vitesse chinois, la vitesse est-elle tout ?
Les Etats-Unis « ne prendront pas parti » en Mer de Chine Méridionale