Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 23.03.2011 16h50
Quelle influence les troubles au Moyen-Orient ont-ils sur la Chine ?

Les troubles politiques au Moyen-Orient sont survenus de manière inattendue, mais ils pourraient produire une certaine influence sur la Chine. On peut affirmer que l'attitude amicale du Moyen-Orient vis-à-vis de la Chine ne devrait pas changer. Les relations d'amitié entre la Chine et le Moyen-Orient et les pays arabes remontent à très loin. Il n'y a pas de conflit d'intérêt entre les deux parties. L'amitié envers la Chine a la faveur de l'opinion publique au Moyen-Orient et dans les pays arabes. Aucun gouvernement établi dans les pays du Moyen-Orient ne devrait pas changer sa politique amicale envers la Chine. Le plus important est ceci : que ce soit un nouveau gouvernement élu ou le gouvernement actuel qui a été obligé d'être remanié, il devrait garder une certaine distance avec les Etats-Unis, en ce conformant à l'opinion publique de son pays. Ce changement pourrait devenir encore une fois une entrave au « déplacement stratégique américain vers l'est » et aiderait à proroger la période d'opportunité stratégique pour la Chine.

Mais l'influence négative des troubles est inévitable. Sur le plan économique, du fait des troubles, les projets d'investissement chinois dans les pays concernés ont subi des risques. La hausse des prix du pétrole pourrait aussi affecter le développement économique de notre pays. Du point de vue religieux, les forces fondamentalistes islamiques pourraient rebondir dans des pays du Moyen-Orient et s'infiltrer dans les régions chinoises à forte concentration de Musulmans, surtout dans le Xinjiang. En outre, cette vague au Moyen-Orient pourrait aider dans une certaine mesure les forces ennemies de l'intérieur ou de l'extérieur à subvertir le pouvoir de notre pays et créera une certaine pression pour la sécurité et la stabilité chinoises.

Mais la situation chinoise est différente de celle des pays du Moyen-Orient. L'assertion selon laquelle la Chine connaîtrait aussi une « révolution », après celle au Moyen-Orient, n'est pas conforme à la réalité. Cependant, nous ne devons pas négliger le rôle négatif de ces troubles. Nous devrions même en tirer des leçons.

D'abord, le développement économique et l'amélioration des moyens d‘existence de la population sont cruciaux pour la stabilité de l'Etat. La plupart des pays du Moyen-Orient où des troubles ont eu lieu connaissent un développement économique très lent, une inflation due à la hausse des prix, un niveau de vie faible et un taux de chômage élevé. Les hommes jeunes ne voient pas d'espoir. Contrairement à ces pays, le Qatar et les Emirats arabes unis attachent de l'importance au développement de l'économie et utilisent les recettes provenant du pétrole pour élever le niveau de vie du peuple. Ces deux pays sont stables et n'ont pas été trop affectés par les troubles.

Seules l'intégrité du gouvernement et la justice sociale permettent d'assurer la stabilité du pouvoir. Entre 2004 et 2008, le PIB a doublé en Egypte. La Tunisie a été considérée comme un exemple pour les pays africains et les pays arabes. La Libye est un gros producteur de pétrole et son PIB par tête est de 14 533 dollars. Bahrein est un pays riche du Golfe, avec un PIB par tête de 23 827 dollars. Mais cela ne suffit pas. Il faut établir une société basée sur la probité politique et une légalité perfectionnée, sur la justice, l'égalité et l'harmonie.

Troisièmement, il ne faut pas rater les occasions de réforme. Saisir toute occasion pour effectuer des réformes de façon à ce que le peuple puisse en bénéficier est la meilleure politique dite d'exercice du pouvoir pour le peuple.

Quatrièmement, il faut renforcer le contrôle des médias à l'ère de l'Internet. Dans les troubles au Moyen-Orient, l'Internet et la télévision étrangère par satellite ont aussi joué un rôle d'agitateur. La Chine se trouve dans une période de changement de mode où les contradictions de toutes sortes sont très compliquées et les forces ennemies de l'intérieur et de l'extérieur du pays sont en quête de la moindre occasion pour créer des troubles. Dans cette situation particulière, il faut améliorer nos activités d'information sur l'Internet et renforcer le contrôle des médias.

(L'article est dû à la plume de Zhang Hong, Xue Guoqing et Liu Xinglu, professeurs du département arabe de l'Université des Langues étrangères de Beijing).

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Commémoration du premier anniversaire du séisme de Yushu
BRIC : la conférence annuelle du mécanisme de coopération des banques et le forum de la finance ont eu lieu à Sanya
Bo'ao fait entendre la voix d'Asie au monde
Les occidentaux devraient en apprendre davantage sur la Chine
Le sommet du BRICS, un rendez-vous faisant époque (partie I)
La crise nucléaire au Japon et l'avenir de l'énergie nucléaire
La guerre en Libye est devenue une « patate chaude » pour l'Occident