Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 08.03.2011 07h59
La Chine souhaite maintenir les bonnes relations de travail avec le prochain ministre japonais des A.E.

Le ministre chinois des Affaires étrangères Yang Jiechi a déclaré lundi qu'il était prêt à maintenir de bonnes relations de travail avec le prochain ministre japonais des Affaires étrangères, quel qu'il soit.

Les propos de M. Yang interviennent un jour après que Seiji Maehara, ministre japonais des Affaires étrangères, a annoncé dimanche sa démission, suite aux appels croissants réclamant son départ pour avoir illégalement reçu un don d'un sponsor étranger.

"Peu importe qui succédera à M.Maehara, je suis disposé à maintenir les bonnes relations de travail avec le ministre japonais des Affaires étrangères et à mettre en oeuvre conjointement les accords conclus par les dirigeants des deux pays visant à améliorer les relations sino-japonaises", a fait savoir M. Yang.

En qualifiant les relations sino-japonaises d'une des plus importantes relations bilatérales pour la Chine, M. Yang a indiqué que "poursuivre de solides relations sino-japonaises devrait être un choix judicieux pour les deux parties".

"La Chine est prête à travailler avec la partie japonaise pour maintenir les relations sino-japonaises sur la bonne voie, en conformité avec les principes formulés dans les quatre documents politiques signés entre les deux pays", a ajouté Yang Jiechi.

"Nous devons laisser les peuples des deux pays voir que les bonnes relations bilatérales ont effectivement apporté de réels bénéfices", a-t-il souligné.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Hu Jintao appelle au maintien de la stabilité et à la réalisation de la réforme au Tibet
La Chine dévoile son plan de développement quinquennal lors de la session annuelle de l'APN
L'augmentation du budget de l'armée chinoise est irréprochable
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux