100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 12.10.2010 08h34
L'objectif du prix Nobel de la paix est de créer des obstacles artificiels au développement de la Chine

Le 8 octobre, le comité Nobel norvégien a attribué le prix Nobel de la paix au Chinois Liu Xiaobo. Au sujet de ce résultat, Abdellah Ouahhabi, réalisateur de télévision et journaliste français, a écrit un commentaire, estimant que « le prix Nobel de la paix est un prix qui veut renforcer la domination occidentale. Son objectif actuel est de créer des obstacles artificiels au développement pacifique, harmonieux de la Chine sous la direction du Parti communiste ».

Dans un commentaire intitulé « Les chiens aboient, la caravane passe », M. Ouahhabi écrit : « Le prix Nobel de la paix vient d'être attribué par la Norvège à un obscur écrivain chinois ayant pour seule qualité de contester le régime social en République de Chine populaire. Pourquoi ? »

« Les uns répondent que c'est dans le but d'aider à démocratiser la société chinoise. Mais alors que le prix Nobel de la paix existe depuis 1901, comment comprendre qu'aucun prix n'ait été attribué à un Chinois, alors que le peuple chinois subissait les pires exactions de la part des impérialistes occidentaux préconisant la lutte d'indépendance, à aucun héros de la révolution chinoise, à aucun dirigeant, à aucun personnage de la vie publique de la Chine populaire depuis trente ans ? »

« Comment expliquer qu'aucun prix Nobel de la paix n'ait jamais été attribué à aucun héros des luttes anticoloniales et anti-impérialistes à travers le monde ? Comment expliquer que le prix Nobel de la paix ait été attribué à plusieurs ennemis du socialisme dans le monde ? »

« Cela veut dire que le prix Nobel de la paix est orienté contre le socialisme et contre les intérêts du plus grand nombre dans ces pays », indique-t-il.

Selon lui, le prix Nobel de la paix est un outil idéologique de l'impérialisme pour affaiblir les pays dirigés par un parti communiste. La nature même du prix explique cette orientation politique : il est né de la mauvaise conscience d'un fabricant d'armes utilisées pour dominer le Tiers-Monde aux XIXe et XXe siècles.

« En France, un homme d'honneur comme Jean-Paul Sartre a refusé le prix Nobel en 1964 ; il expliquait que le seul combat possible sur le front culturel est celui pour la coexistence pacifique des cultures, de l'est et de l'ouest ».

« Agir pour l'avenir de l'humanité, c'est ne pas conforter la domination occidentale des peuples du monde. L'avenir, c'est créer les conditions réelles d'un développement harmonieux de toute l'humanité dans le respect de la diversité, des souverainetés et dans un cadre où, dans le respect de la personne humaine, l'intérêt général prime sur les intérêts privés ».

« Ici, ce ne sont pas les chiens qui arrêteront la caravane de l'Histoire », conclut-il.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Un dirigeant chinois observe le grand défilé militaire de la RPDC
Porte-parole : Attribution du prix Nobel de la paix à Liu Xiaobo pourrait endommager les relations sino-norvégiennes
Le Japon doit voir au delà de ses problèmes internes
La Chine se développe pacifiquement, mais sa patience a des limites
Le banquet Gates-Buffet, « un test pour les Chinois riches »
Le recours à la force militaire ne devrait jamais être une « solution »
Que cache la rhétorique anti-chinoise du Congrès américain ?