100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 13.01.2010 13h32
L'e-gouvernement chinois est jugé insatisfaisant

Ses sites doivent offrir plus d'informations, disent les experts. La campagne d'e-gouvernement chinoise a en effet été jugée insatisfaisante pour n'avoir pas réussi à fournir un accès public efficace et suffisamment d'informations utiles, d'après une analyse faite au niveau national.

« En dépit du nombre croissant de sites internet gouvernementaux, l'étendue des informations publiées et l'échelle des services publics proposés sont loin d'être suffisants », a déclaré Wang Youkui, directeur adjoint du Centre chinois de Test de Logiciels.

Une institution voisine, le Centre chinois pour le Développement de l'Industrie de l'Information (CCID) avait dirigé en 2009 l'évaluation du site internet du gouvernement.

Et d'après une enquête menée par People.com et le CCID, 75% seulement des sites internet du gouvernement avaient été utilisés par les internautes.

Moins de la moitié des personnes interrogées ont accédé aux informations et ressources des sites internet gouvernementaux, a démontré l'enquête.

« Le niveau de satisfaction des usagers est bas du fait d'une faible notoriété des sites et du manque d'informations et de services », a ainsi dit Luo Hua, Vice-président du site internet People.com.

L'e-gouvernement s'est développé depuis 2002 en Chine, qui s'est classée au 65e rang de l'Index de Disponibilité de l'e-gouvernement des Nations-Unies en 2008, la Suède arrivant première et la Corée du Sud la mieux classée des Nations d'Asie.

La Chine compte 32 sites internet gouvernementaux au niveau provincial, 74 sites ministériels et 333 sites gouvernementaux de niveau municipal.

« Pour les gouvernements, le défi principal est de construire des sites en mesure d'être utiles au public et de lui rendre l'accès aux informations facile », dit Wang Angeng, membre du Comité de Conseil pour l'Informatisation de l'Etat.

Certains sites ont pourtant fait l'objet de louanges du fait de leurs méthodes de service aux entreprises et au public conviviales et innovantes.

Le Ministère du Commerce, qui arrive en tête des sites ministériels, a ainsi développé plus de 4 000 sites dérivés et donné la priorité à son site en tant que première source de publication d'informations.

Le site du gouvernement municipal de Beijing est lui entré en communication avec les habitants, avec 140 000 réponses par e-mail.

Enfin, le gouvernement local de Guangzhou a été le premier à mettre en ligne le budget fiscal de ses 114 départements.

Ainsi que le dit Wang Angeng, « La transparence affichée par le gouvernement de Guangzhou renforce sa responsabilité auprès du public ».

Moins de 10% des sites gouvernementaux publient leurs rapports budgétaires, dit-il.

« Certains gouvernements sont réticents à le faire parce qu'ils craignent que ce faisant des problèmes liés à leur travail n'apparaissent au grand jour », dit-il.

Ainsi, par exemple, quand le gouvernement de Zhengzhou a publiquement dévoilé les sommes et la comptabilité de son bureau de gestion des chiens, il a provoqué la colère de ceux demandant pourquoi si peu était dépensé dans les services aux propriétaires de chiens.

Ainsi que le dit Xu Zhengxian, directeur adjoint du Bureau d'administration du gouvernement provincial du Hunan, « La transparence des travaux du gouvernement est la clé de la résolution de toutes sortes de problèmes ».

« Cela fait disparaître la corruption, éclaircit les doutes en cas de conflits et c'est aussi une approche efficace et juste envers tous les citoyens », dit-il.

Yu Guoming, Vice-président de l'Ecole de Journalisme à l'Université Renmin de Chine a récemment déclaré lors d'une conférence de presse que le gouvernement, en tant que gérant et tuteur de la vie publique d'internet, se devait d'établir des plateformes ainsi que des règles justes et efficaces, et de les préserver.

« Des réponses rapides, de la transparence, une attention réelle sont les clés d'une réponse aux opinions du public sur la sphère internet », dit-il.

Shen Jian, responsable des ventes à Zhengzhou, qui a commencé à utiliser les sites gouvernementaux il y a cinq ans, pense que les communiqués et règlements publiés en ligne sont utiles.

« Mais les sites affiliés aux corps gouvernementaux offrent moins d'informations. On devrait encourager l'interaction entre le gouvernment et le public », dit-il.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Publication de six livres d'un ancien ambassadeur de Chine en France
Excuses de Google aux écrivains chinois
La Taxe carbone critiquée en tant qu' « impérialisme écologique »
La Chine apporte encore plus d'opportunités au monde
Il est important pour les commerçants chinois en France d'observer la loi et de ne pas commettre d'infractions aux règlements
La France commence à envisager sérieusement la réalité chinoise
Le monde 2009 aux yeux des Chinois