100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 11.01.2010 17h04
Les unités anti-gang chinoises vont être renforcées

Le Ministère de la Sécurité Publique va considérablement renforcer, au sein d'un mouvement d'ampleur nationale, l'unité spéciale chargée de traiter le crime en bande organisée, a déclaré un haut fonctionnaire.

« Afin de mieux contrer les bandes de type mafieux dans le pays, la Division d'enquête sur le crime organisé sera renforcée par la participation de trois forces opérationnelles », a dit Huang Zuyue, directeur adjoint du Bureau d'enquête criminelle du Ministère, lors d'un entretien en ligne sur le site internet du Ministère ce week-end.

Ces trois forces opérationnelles compteront jusqu'à 26 membres, alors qu'elles n'en comptent que six actuellement, dit-il. Les autorités de police provinciales et municipales sont également en train d'essayer de mettre sur pied des unités spéciales pour lutter contre les bandes, ajoute t-il.

« Ces forces spéciales surveilleront de près les activités criminelles liées aux bandes organisées, tout comme les chats guettent les souris », dit-il.

A la différence des officiers de police qui s'occupent directement des activités criminelles liées aux bandes organisées, ceux des forces opérationnelles seront d'une manière générale responsables du contrôle et du tri des informations, disent les experts.

Bien que le Ministère ait annoncé qu'un mouvement de répression à l'échelle nationale soit en cours depuis 2006, cette campagne n'a guère attiré l'attention du public jusqu'à l'année dernière, lorsque la Municipalité de Chongqing a procédé à un véritable coup de balai sur les activités criminelles.

La campagne menée par la municipalité de Chongqing est tombée sous les feux de l'actualité, non seulement du fait d'une action d'une ampleur jamais vue jusque là contre les malfaiteurs, mais aussi contre les fonctionnaires corrompus.

Des chiffres fournis par le Parquet de Chongqing ont ainsi montré que l'année dernière, douze responsables de niveau Bureau, soit un niveau en dessous des responsables ministériels, avaient fait l'objet d'une enquête pour avoir été impliqués dans des activités criminelles en bande organisée ou pour avoir protégé des malfaiteurs.

Pour autant, M. Huang a dit bien clairement que la lutte contre les bandes organisées n'est pas l'apanage de la seule municipalité de Chongqing. Depuis 2006, ce sont quelque 1 304 bandes de types mafieux et 14 590 autres bandes moins organisées qui ont été démantelées dans tout le pays. Et, a t-il ajouté, plus de 90 000 suspects ont été arrêtés et ce sont rien moins que 100 000 crimes qui ont été réprimés.

Tong Bishan, directeur de la Division d'enquête sur le crime origanisé du Ministère dit que pour autant ce combat serait « une tâche de longue haleine ».

Ainsi qu'il le déclarait précédemment lors d'un entretien, « dans un futur prévisible, les bandes resteront actives, le pays connaissant des changements sociaux et économiques spectaculaires ».

Pour Liang Huaren, professeur de droit pénal à l'Université des Sciences Politiques et de Droit de Chine, parmi les raisons qui se trouvent derrière ces crimes en bandes organisées figurent aussi les conflits sociaux en augmentation et le fossé entre les riches et les pauvres qui va en s'élargissant.

M. Huang dit que les bandes qui agissent sur les marchés et dans les gares ferroviaires ou routières, tout comme les nouvelles activités criminelles comme le recouvrement illégal de dettes ou la « police souterraine » constitueront une cible majeure de la répression.

Il a aussi encouragé la population à donner des informations à la police. L'année dernière, dit-il, le Bureau a reçu pour ses enquêtes 979 informations majeures, qui ont « grandement facilité le travail de la police ».

Cependant, la répression en cours a aussi soulevé des inquiétudes : ne pourrait-elle pas devenir un « mouvement » dans lequel les droits des suspects et de leurs avocats pourraient être bafoués ?

Ces inquiétudes ont atteint leur sommet après qu'un avocat de Beijing ait été condamné vendredi dernier à deux ans et demi de prison pour avoir fabriqué des preuves et s'être interféré dans les témoignages des témoins lors de la défense d'un chef de bande présumé.

M. Huang n'a pas fait mention de cette affaire lors de la discussion en ligne à laquelle il a participé et qui a duré une heure.

Dans le même temps, dans un autre combat d'importance contre le trafic des êtres humains, la police a, dans tout le pays, sauvé 3 455 enfants et 7 365 femmes entre avril et fin décembre de l'année dernière, dit-il. Et c'est un total de 1 684 groupes pratiquant le trafic d'êtres humains qui ont été détruits et 2 895 affaires qui ont été résolues.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Une nouvelle vague de froid arrive sur la Chine avec encore plus de chutes de neige dans les jours à venir
Chine : Le revenu touristique serait en hausse de 9% en 2009
La France commence à envisager sérieusement la réalité chinoise
Le monde 2009 aux yeux des Chinois
La Chine de 2009 : être « incomprise » en tant que pays émergent
La Chine et l'Europe : plus partenaires qu’adversaires
Montée rapide d'une conscience civique au sein de la societe chinoise