Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>ChineMise à jour 26.11.2009 09h35
Le PCC souhaite renforcer ses échanges avec le parti au pouvoir en Afrique du Sud

Zhou Yongkang, membre du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), a rencontré mercredi à Beijing Cyril Ramaphosa, membre du Comité exécutif national du Congrès national africain (ANC), parti au pouvoir en Afrique du Sud.

Lors de leur rencontre, Zhou Yongkang a salué les échanges entre le PCC et l'ANC, et souhaité que les deux partis les renforcent et apprennent l'un de l'autre, afin de mieux servir leurs peuples.

Il a rappelé à cette occasion les échanges fructueux avec les dirigeants de l'ANC lors de sa visite amicale et officielle en Afrique du Sud la semaine dernière, sur invitation du parti sud-africain.

M. Ramaphosa et sa délégation sont arrivés dimanche à Beijing pour participer à un atelier de travail pour le Comité exécutif national de l'ANC.

Cet atelier, qui durera deux semaines, est un projet de coopération décidé l'année dernière par les dirigeants du PCC et de l'ANC, et le PCC y attache une grande importance, a souligné Zhou Yongkang.

Il a souhaité que l'atelier profite à tous les participants, ajoutant que le PCC saisirait également cette opportunité pour apprendre de l'ANC.

De son côté, M. Ramaphosa a hautement salué les riches expériences de gouvernance du PCC, indiquant que sa délégation apprenait beaucoup à travers cet atelier.

Lors de leur séjour en Chine, M. Ramaphosa et sa délégation se rendront également à Chongqing (sud-ouest) et à Shanghai.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : les bénéfices des grandes entreprises industrielles en hausse de 49,4% pour les onze premiers mois
Huit touristes américains tués dans un accident de la route en Egypte
Comment vendre l'image d'un Dragon amical ?
Les mesures de règlement des embouteillages à Paris méritent d'être étudiées par Beijing
Interaction active entre la Chine et le monde
Ne pas céder l'Afrique à la Chine est une logique perverse
Pourquoi le « Made in China » est plus cher