Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Les relations sino-fran?aisesMise à jour 05.06.2012 14h23
Beijing : concours de théâtre français

A Beijing, la deuxième édition du concours de théâtre français a réuni des jeunes comédiens amateurs chinois venant des cinq universités de la capitale. Ils ont fait vibrer aussi bien l'audience que le jury grâce à leur passion et leur énergie dans l'interprétation de pièces françaises dans leur langue d'origine.

Réinterprétation de classiques de Victor Hugo, de Jules Romains, ou présentation de comédies contemporaines. Les étudiants de la langue française ont tous donné leur propre compréhension et imagination à ces pièces choisies. Le contre-emploi d'Esmeralda et de Quasimodo joués par l'équipe de l'Université des Langues et de la Culture de Beijing lui a permis de gagner la première place du concours, et la petite 'Esmeralda' a remporté le titre de meilleur acteur.

Ho Man Chung

Lauréat du meilleur acteur

Je suis vraiment surpris de ce prix. Mais je dois dire que c'est une expérience inoubliable. Chaque membre de l'équipe a fait énormément d'effort et a reçu beaucoup en échange.

Malgré des accessoires modestes et le manque d'expérience de la scène, l'énergie des étudiants a convaincu le jury composé de professeurs de français et de professionels.

Abdenour Yessad

Académie centrale du théâtre de Chine

C'était un concours de trois heures, mais on ne s'est pas du tout ennuyé parce qu'on a trouvé cela très chaleureux. Il y a des bons comédiens, ils ont fait un très bon travail sur scène, un travail d'intérieur, d'incarnation de personnage.

Ce concours annuel est organisé par la prestigieuse Université des Langues étrangères de Beijing afin de faire partager la passion du théâtre des étudiants en français.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
La retenue de la Chine est claire aux yeux de tous
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?