Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 18.04.2012 13h27
Mali : Paris condamne les arrestations "arbitraires" et appelle au "respect de l'Etat de droit"

La France condamne "fermement" les arrestations "arbitraires" au Mali et appelle au "respect de l'Etat de droit", a indiqué mardi le ministère français des Affaires étrangères, en réaction à plusieurs arrestations de personnalités survenues dans le pays.

"Nous condamnons fermement ces arrestations arbitraires. Nous appelons au respect de l'intégrité de ces personnalités qui ont été arrêtées", a déclaré le porte-parole du Quai d'Orsay, Bernard Valero, lors d'un point de presse.

"Nous appelons également au respect de l'Etat de droit, c'est-à- dire que si elles ont été arrêtées, il faut que les charges soient rendues publiques et que ces personnes aient le droit de se défendre devant la justice", a poursuivi M. Valero, notant que "de tels développements vont à l'encontre de l'accord passé entre la junte et la CEDEAO".

La France souhaite voir "la constitution d'un gouvernement civil à Bamako" et continuera à apporter son soutien "à tous ceux qui en Afrique, et à la CEDEAO notamment, travaillent également dans cette direction", a relevé le porte-parole.

Plusieurs personnalités politiques et militaires ont été arrêtées dans la nuit de lundi à mardi par des éléments cagoulés de la police militaire. Rien ne leur a été reproché au moment de leurs arrestations.

Parmi les personnalités arrêtées figurent notamment deux candidats déclarés aux prochaines élections présidentielles, à savoir Soumaïla Cissé (Union pour la République et la Démocratie, président sortant de la Commission de l'Union économique et monétaire ouest-africaine) et Modibo Sidibé (candidat indépendant et ancien Premier ministre).

Ces arrestations surviennent alors que le Mali s'est doté mardi d'un Premier ministre de transition, Dr. Cheick Modibo Diarra, aux termes d'un décret signé par le président malien par intérim, Pr. Dioncounda Traoré.

Dans l'immédiat, M. Diarra devra ouvrir des consultations avec toues les forces vives du pays en vue de mettre en place un gouvernement d'union nationale pour s'atteler à résoudre les urgences.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
La Thaïlande reconnaît le rôle de la Chine auprès de l'ASEAN
Présidentielle française 2012 : qui sera le gagnant ?
Un « plus grand rôle » pour les économies émergentes