Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 18.04.2012 13h25
Mali : le FDR se dit ''choqué'' et condamne les arrestations des personnalités militaires et civiles

Le front uni pour la sauvegarde de la démocratie et la république (FDR, anti-putsch) a ''condamné'' mardi lors d'une conférence de presse la vague d'arrestation des officiers généraux et personnalités civiles du Mali par la junte militaire.

« Soumaïla Cissé est à l'hôpital de Kati. Nous n'avons pas pu accéder à lui. Les militaires se sont interposés. En fait, les militaires nous dit que nous ne le verrons pas tant qu'on n'a pas l'autorisation du capitaine (Amadou Haya Sanogo, président du CNRDRE ou Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l'Etat, Ndlr) », a déclaré M. Ibrahima N'Diaye, premier vice-président de l'ADEMA PASJ et membre influent du FDR.

Les responsables du FDR ont également annoncé l'arrestation d' autres personnalités le même mardi dans l'après-midi.

Il s'agit de Babaly BA et Moussa Alassane Diallo, respectivement président directeur général de la Banque malienne de solidarité (BMS) et de la Banque nationale de développement agricole (BNDA).

Me Kassoum Tapo, porte-parole du FDR est recherché par la junte et son cabinet a été saccagé, ont-ils indiqué.

« Nous condamnons cette vague d'arrestations des personnalités militaires et civiles et demandons leur libération sans délai et sans condition », ont-ils déclaré ajoutant « Nous craignons que le CNRDRE et ses alliés civiles n'instaurent un climat de terreur au Mali ».

Les membres du FDR en ont rajouté en ''demandant'' aux militaires du CNRDRE de ''retourner'' dans les casernes et de ne pas ''s'interférer'' dans le processus institutionnel.

Par ailleurs, la jeunesse du parti l'Union pour la république et la démocratie dont le candidat investi est M. Soumaïla Cissé a fait une déclaration pour condamner lesdites arrestations.

« Considérant que le seul garant des libertés publiques et individuelles est aujourd'hui Son Excellence le président de la République par intérim, Monsieur Dioncounda Traoré et considérant qu'aucun bicéphalisme ne peut être toléré au sommet de l'Etat, le bureau politique national des jeunes de l'URD exige la libération immédiate de Monsieur Soumaïla Cissé qui serait blessé de même que tous les autres détenus politiques », a dit Dr Madou Diallo, président dudit bureau national en se référant au retour à l'ordre constitutionnel avec la signature l'accord-cadre le 6 avril 2012.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
La Thaïlande reconnaît le rôle de la Chine auprès de l'ASEAN
Présidentielle française 2012 : qui sera le gagnant ?
Un « plus grand rôle » pour les économies émergentes