Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 29.03.2012 13h24
Sénégal : aucune pression sur Macky Sall pour le choix du Premier ministre, selon son camp (INTERVIEW)

Annoncée le 2 avril, l'investiture du nouveau président sénégalais Macky Sall sera suivie dès le lendemain de la révélation de son Premier ministre avec son gouvernement, une personnalité dont la désignation ne fait l'objet d'aucune pression, a fait savoir à Xinhua El Hadji Imbrahima Mbow, proche du nouveau dirigeant.

Ami depuis 35 ans de l'ex-Premier ministre et membre de son directoire de campagne, Mbow confie que la pemière équipe de l'ère Sall n'est pas une question de partage du gâteau, mais de compétences pour permettre au chef de l'Etat élu par 65,8% des voix de tenir ses engagements pris à l'endroit des Sénégalais lors de sa campagne.

Question : Après la victoire de Macky Sall à la présidentielle, les Sénégalais attendent de connaître le nom de leur futur Premier ministre. Ce sera-t-il nécessairement une personnalité issue des rangs de la coalition?

Réponse : Pour vous répondre très franchement, je ne le sais pas. Je sais que le président Macky Sall a donné un message très clair aux Sénégalais. Il a dit de manière ferme qu'il veut mener une politique de rupture. Quand on dit politique de rupture, cela va avec une équipe de rupture, avec un chef d'équipe de rupture. Mais à ce jour, honnêtement aucune indication n'a été donnée. Vous savez, le Sénégal a fait confiance à un homme, à son programme, au président Macky Sall qui a eu un fort coefficient dans cette victoire-là de prendre la décision. Je pense qu'il est inimaginable de mettre la pression sur Macky Sall pour imposer qui que ce soit. On va le laisser libre, il va décider tout seul de qui va avoir sa confiance pour diriger son gouvernement. On attend un gouvernement de compétences, on n'aime pas un gouvernement politicien. Ce serait un gâchis, un recul énorme par rapport aux ambitions du peuple sénégalais.

Q : En tant membres de la coalition, que lui avez-vous dit quand il vous a reçus?

R : Nous avons dit au président Macky Sall qu'on a confiance en lui et que nous avons compris pourquoi les Sénégalais l'ont choisi, que nous n'avons aucune exigence en termes de postes et en termes de responsabilités. Le gouvernement, ça ne doit pas être un partage de gâteau. La seule exigence, c'est qu'il réponde à ses engagements par rapport au peuple. Par rapport à la vie chère, il faut réduire les prix des denrées. L'emploi des jeunes, il faut qu'il s'y attèle. La grande solidarité nationale, il faut qu'il l'organise. Le président Macky Sall a promis une bourse aux familles les plus pauvres, une caisse de sécurité sociale pour que les gens pauvres puissent se soigner

Q : Une autre bataille électorale s'annonce, celle des législatives prévues le 17 juin. Comment comptez-vous vous y présentez? Ce sera encore la coalition ou c'est bien chaque mouvance qui va présenter ses candidats?

Réponse : Le président Macky Sall n'est pas encore investi. En principe, c'est la semaine prochaine que le président Wade va faire la passation de service. On prévoit l'investiture autour du 2 avril. Le 3 avril, il va très probablement former son premier gouvernement et le 4 avril il va donc présider la fête de l'indépendance, ensuite nous irons vers les élections législatives. Cette question a été évoquée hier (mardi) en rencontre, d'abord avec les membres de son parti, l'APR (Alliance pour la République, ndlr), ensuite avec la coalition. Aujourd'hui effectivement, nous sommes en train de réfléchir. Aucune décision n'est prise. L'idéal, c'est de faire une grande liste de la grande coalition Benno Bokk Yaakaar (Rassemblement des forces du changement, ndlr) pour aller aux législatives.

C'est un souhait que le président Macky Sall avait exprimé et que les alliés aussi avaient exprimés. Maintenant, quant à la faisabilité de cela, on ne sait pas encore qu'est-ce que les alliés veulent par rapport à la constitution des listes. Le président Macky Sall a dit que ce qui serait une base, c'est de prendre les résultats du premier tour, parce que nous avons eu des forces politiques. Chaque force politique sait un tout petit peu ce qu'elle vaut. Et en fonction des chiffres réels du premier tour, on peut éventuellement constituer des listes. Ce sont des hypothèses, mais il nous a dit à nous, autres présidents de partis, cadres responsables des différentes coalitions, de réfléchir et de lui faire une proposition très rapidement. Ce qu'il veut, c'est une majorité pour pouvoir gouverner.

Q : Le délai de dépôt des dossiers de candidatures est fixé au 7 avril. Serez-vous prêts à cette date?

R : Je pense qu'il faut nous laisser une petite semaine avant cela, mais très probablement on va différer le dépôt des listes. Le 7 avril, c'est demain. Pour consigner les listes avec la parité et d'autres éléments, c'est quand même relativement difficile au niveau administratif. Aujourd'hui, j'ai encore appris qu'au niveau du tribunal de Dakar par exemple il était impossible de disposer d'un casier judiciaire. Parce que le tribunal était bloqué sur les élections. Ce casier judiciaire-là est une pièce maîtresse du dossier de dépôt pour les élections de députés. Cela veut dire déjà quand même qu'on n'est pas à l'abri de certaines difficultés administratives. Peut-être qu'on va le différer éventuellement de quinze jours pour déposer les dossiers autour du 21 avril et faire les élections début juillet 2012. Cela me paraît un peu plus vraisemblable. Je pense que le président Macky Sall une fois au palais va prendre les dispositions nécessaires pour cela.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Tuerie en série en France : un cas grave qui donne matière à de profondes réflexions
Crise iranienne : la politique « deux poids deux mesures » des Etats-Unis
Regards sur le futur ralentissement économique de la Chine