Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 23.03.2012 13h33
Présidentielle sénégalaise: Offensive des deux candidats pour charmer la banlieue de Dakar (SYNTHESE)

Le chef de l'Etat sortant Abdoulaye Wade et son ancien Premier ministre Macky Sall qui s'affrontent dimanche lors du second tour de l'élection présidentielle au Sénégal, ont concentré ces derniers jours beaucoup d'effort pour conquérir les suffrages des électeurs de la grande banlieue dakaroise, a constaté un journaliste de Xinhua.

Cette banlieue ne compte pas moins 876 541 électeurs inscrits sur les quelque 5 millions pour tout le Sénégal, et constitue de ce fait « un véritable réservoir électoral ». Ce nombre d'inscrits est légèrement inférieur aux 942 327 voix obtenues par Wade au premier tour. Il est en revanche supérieur au score de 719 367 voix de Macky Sall.

Cette importance stratégique, explique la ruée des candidats vers les trois départements de la banlieue : Pikine 495 275 inscrits, Guédiawaye 187 269 et Rufisque 193 997. Lors du premier tour, Macky Sall avait battu le président Wade à Pikine et Guédiawaye, mais était devancé dans le département de Rufisque. Ainsi à trois jours du scrutin, Macky Sall a fait lundi et mardi une démonstration de force, en drainant des foules essentiellement des jeunes lors ses caravanes et meeting dans cette partie de Dakar qu'il espère gagner « avec une écrasante majorité », selon ses partisans.

Quant à Abdoulaye Wade, il a surtout privilégié lors de cette campagne, des visites auprès des guides religieux à la recherche de consigne de vote. Mais, il s'est lui offert un bain de foule mercredi en parcourant plusieurs quartiers des départements de Rufisque et Pikine dans l'espoir de renverser la tendance.

La grande banlieue dakaroise, dont toutes les mairies de ville et la quasi-totalité des communes d'arrondissement (16 à Pikine, contre 5 pour celui de Guédiawaye et 3 à Rufisque) sont contrôlées par l'opposition, a souvent été hostile aux différents régimes en place en raison des difficultés que vivent les populations de ces zones à forte concentration humaine. Il est évident que si le report des voix des douze candidats malheureux du premier tour et qui soutiennent tous Macky Sall, se fait même à moitié, ce dernier sera en bonne posture pour le second tour du 26 mars.

Conscient de ce danger, le chef de l'Etat sortant qui brigue un troisième mandat s'est évertué, au cours des derniers jours, à débaucher les militants ou responsables qui refusent les consignes de vote de leurs candidats en faveur de son adversaire. Il compte aussi sur les voix des abstentionnistes qui représentent près de 50% des inscrits.

Le Sénégal connaît un second tour d'une élection présidentielle pour la deuxième fois après celui qui avait porté au pouvoir l'opposant Abdoulaye Wade, le 19 mars 2000, au détriment de Abdou Diouf, aujourd'hui secrétaire général de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Principales nouvelles du 23 mars
L'« aurore » a-t-elle fait son apparition en Libye ?
La politique extérieure de la Chine : pas plus qu'elle ne peut assumer
Le recours américain devant l'OMC contre les quotas de la Chine sur les terres rares pourrait aggraver la situation