Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 22.03.2012 13h17
Mali : des militaires occupent la télévision d'Etat

Des mlitaires maliens ont occupé mercredi après-midi la télévision nationale malienne ORTM et ont tiré en l'air pour manifester leur mécontentement vis-à-vis du traitement du conflit dans le nord du pays, a constaté un correspondant de Xinhua à Bamako.

"Vers 15h00, des militaires ont débarqué ici, ont demandé à tous les travailleurs de rentrer chez eux parce qu'ils veulent prendre la situation en main. Ils n'ont pas exercé de violence sur les agents. Ils ont seulement demandé aux gens de rentrer à la maison pour leur propre sécurité", a déclaré à Xinhua un jeune technicien.

Les responsables de l'ORTM sont tous injoignables au téléphone. La radio et la télévision maliennes ont cessé d'émettre.

Les policiers ont déserté tous les carrefours stratégiques de Bamako. Ce sont les éléments du Groupe mobile d'intervention de la gendarmerie (GIGN) qui tentent de reprendre le contrôle de la ville en positionnant devant les institutions.

Selon une source militaire, les mutins exigent la démission du ministre malien de la Défense et des Anciens combattants, le général Sadio Gassama, nommé en début février seulement. Ils exigeraient également le changement de presque tous les responsables de commandement afin d'insuffler du sang neuf aux forces armées et de sécurité engagés contre les rebelles.

Dans la matinée, les militaires du camp militaire de Kati, situé à 15 km de la capitale, ont manifesté. Le ministre malien de la Défense et des Anciens combattants, le général Sadio Gassama, s'y est rendu pour négocier avec les militaires et faire un compte rendu sur la situation du nord du pays.

Comme un groupe de militaire se sont regroupé au tour du ministre, le garde du corps du ministre a tiré en l'air pour évacuer le ministre. Les mlilitaires ont cassé le magasin d'armes et ont pris des armes. Lundi dernier, des enfants de soldats ont tenté de manifester devant le palais présidentiel pour exiger plus d'informations sur la situation de leurs parents engagés dans les combats contre les rebelles touaregs, mais ont été violemment dispersés par les forces du maintien d'ordre. Les jeunes ont juré de poursuivre la manifestation jusqu'à ce que le président Amadou Toumani Touré leur dise la vérité sur la gestion de la rébellion.

La mutinerie qui n'a pas empêché la tenue de la session ordinaire du conseil des ministres sous la présidence d'Amadou Toumani Touré.

"La sécurité a été très renforcée aujourd'hui au palais présidentiel", a indiqué l'aide de camp d'un ministre du gouvernement malien.

Depuis le 17 janvier dernier, le Mali fait face à une rébellion menée notamment par le Mouvement national de libération de l'Aazawad (MNLA). Le conflit a poussé un grand nombre de Maliens, dont des militaires, à se réfugier dans des pays voisins.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Principales nouvelles du 21 mars
L'« aurore » a-t-elle fait son apparition en Libye ?
La politique extérieure de la Chine : pas plus qu'elle ne peut assumer
Le recours américain devant l'OMC contre les quotas de la Chine sur les terres rares pourrait aggraver la situation