Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 16.11.2011 08h27
L'expérience d'une interprète dans une entreprise chinoise de construction en Algérie

Rentrée d'Algérie il y a plus d'un an, passant devant les grands immeubles et traversant les quartiers peuplés de Beijing, Kang Lixia se remémore souvent la beauté de la Méditerranée et le ciel étoilé d'Algérie.

Kang Lixia a obtenu son diplôme en 2005, et après trois mois de formation intensive, elle a été envoyée avec une trentaine de collègues par la China State Construction Engineering Corporation (CSCEC) à Alger, capitale algérienne, pour servir d'interprète.

L'Algérie, située dans le nord du continent africain, est bordée au nord par la mer Méditerranée et au sud par le désert du Sahara.

"Dans ce pays, la plupart des voitures sont de fabrication européenne, surtout de marques françaises. Les mosquées et les églises catholiques co-existent. Les salons de thé de style arabe diffusent de la musique occidentale moderne. Ma première impression en arrivant là-bas a été qu'il y régnait un enchevêtrement étroit de diverses cultures", raconte Kang.

"Alger, la ville blanche, porte bien son nom, avec son charme méditerranéen", poursuit-elle. En effet, les murs des bâtiments d'Alger sont blanchis à la chaux, tandis que les fenêtres de couleur bleue confèrent à l'ensemble un style frais et lumineux.

Ce pays africain a lancé ces dernières années de grands projets de construction grâce à ses recettes pétrolières. La CSCEC a entrepris d'importants travaux de construction, dont l'Aéroport international d'Alger, des hôtels de luxe et plusieurs complexes, explique-t-elle.

La plupart des habitants voient avec estime l'amitié de leur pays avec la Chine. "De nombreux Algériens âgés mentionnent souvent la visite de l'ancien Premier ministre chinois Zhou Enlai et se souviennent avec gratitude de son soutien à l'indépendance de leur pays".

"J'espère que les deux peuples renforceront leur compréhension mutuelle", confie-t-elle.

"Le rythme de vie des Algériens est relativement lent", déplore cependant Kang. Bien que certains d'entre eux soient indolents, les Algériens ont un caractère sincère et honnête, affirme-t-elle.

Un jour, après le travail, alors qu'elle bavardait avec le comptable, un employé algérien est revenu à l'entreprise pour rembourser un trop perçu de salaire qui lui avait versé ce jour-là, en disant qu'Allah ne lui permettrait pas de prendre de l'argent ne lui appartenant pas.

"Après avoir écouté son explication, nous avons éprouvé une grande estime pour lui", indique Kang.

"Si j'en avais la chance, je voudrais retourner en Algérie. Je voudrais de nouveau goûter au charme spécial de ce pays africain en buvant une tasse de café sous le soleil de la Méditerranée", conclut Kang.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
A la réunion de l'APEC, le président chinois appelle à un changement de modèle de croissance (PAPIER GENERAL)
Nouvelles principales du 14 novembre
Les objectifs trans-Pacifique des Etats-Unis
Pourquoi les marques internationales adoptent-elles en Chine une attitude « à double critère »
Faut-il vraiment limiter les émissions de divertissement à la télévision ?