Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 26.10.2011 11h21
Cameroun : "Notre démocratie se porte bien", dit le président Biya

Fier d'avoir été réélu lors de l'élection présidentielle tenue le 9 octobre, le président sortant camerounais Paul Biya s'est félicité dans une allocution radiotélévisée mardi soir de ce que la démocratie " se porte bien" dans ce pays d'Afrique centrale où plus de 7,5 millions d' électeurs inscrits étaient appelés aux urnes à l'occasion de ce scrutin.

"Je suis heureux de constater que notre démocratie se porte bien", a-t-il déclaré lors de son premier discours à la nation depuis la proclamation des résultats de l'élection vendredi par la Cour suprême de justice officiant comme Conseil constitutionnel, résultats le créditant de 77,98% des voix, contre 10,71% et 3,21% pour ses suivants immédiats, Ni John Fru Ndi du Social Democratic Front (SDF) et Garga Haman Adji de l'Alliance pour la démocratie et le développement (ADD). 23 candidats au total ont pris part à cette consultation populaire ayant enregistré un taux de participation de 65,82% de sources officielles et organisée pour la première fois par l'organe électoral à caractère indépendant Elections Cameroon ( ELECAM), à la manoeuvre depuis seulement 2009, soit trois ans après sa création par une loi en novembre 2006.

"Elu de la nation tout entière, selon les termes de notre loi fondamentale, je félicite tous mes compatriotes qui, quelles que soient leurs convictions, sont allés voter et ont ainsi accompli leur devoir électoral. En se rendant aux urnes dans le calme, ils ont, une fois de plus, manifesté leur sens des responsabilités et leur attachement à la démocratie", a affirmé le chef de l'Etat réélu qui s'apprête à prêter serment le 4 novembre, selon des sources proches du pouvoir.

Outre ses partisans du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir) et des partis alliés de la majorité présidentielle, il a aussi félicité "tous les acteurs du processus électoral, notamment Elections Cameroon, la Cour suprême, les candidats, les partis politiques, les médias, les forces de l'ordre et l'administration territoriale" .

Pour Paul Biya, 78 ans et au pouvoir depuis 1982, ces différents acteurs, "en agissant dans le cadre de leurs compétences, ont contribué à la réussite du scrutin du 9 octobre et partant à l'écriture d'une page de notre expérience démocratique" .

Sur les défis de son troisième septennat consécutif après ceux de 1997 et 2004, il s'est engagé à poursuivre les efforts entrepris pour "faire du Cameroun un pays prospère, juste et démocratique", surtout "un pays émergent, c'est-à-dire un pays doté d'institutions démocratiques consolidées, pourvu d'une croissance soutenue et durable, fondé sur la justice sociale" .

"Ensemble, Camerounais de toutes les régions, de toutes les religions, de toutes les langues, des différents statuts sociaux, de tous les secteurs d'activités de toutes les générations, nous allons transformer notre pays en un vaste chantier, offrant des opportunités d'emplois aux jeunes, créant des richesses devant être redistribuées de manière équitable", a-t-il par ailleurs mentionné.

Auparavant, Paul Biya s'est réjoui du vote des Camerounais "da manière souveraine, en toute liberté et en toute transparence", un propos qui tranche net avec les accusations de fraudes massives et d'irrégularités graves de ses adversaires, avec en tête son principal rival Ni John Fru Ndi.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Turquie: le bilan provisoire des victimes du séisme dans la province de Van s'élève à 279
Nouvelles principales du 25 octobre
La méthode statistique en application exagère sérieusement la balance favorable du commerce chinois
L'« époque de Kadhafi » est révolue en Libye
Dénigrer la Chine est une mauvaise façon de faire campagne