Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 05.05.2011 14h49
Lesotho : l'ONU salue la conclusion du processus de médiation nationale

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a félicité mercredi le gouvernement du Lesotho et les partis d'opposition pour avoir mené à son terme le processus de médiation nationale suite aux élections controversées de 2007.

Ban Ki-moon a « félicité le gouvernement du Lesotho, la Commission électorale indépendante et les partis au pouvoir et d'opposition pour la conclusion avec succès, le 28 avril 2011, de deux années de processus de médiation afin de résoudre pacifiquement les différends nés des élections de 2007 », a dit son porte-parole par communiqué.

« Au travers de ce dialogue, les parties prenantes Basotho ont résolu leurs différends et se sont mises d'accord sur les réformes nécessaires pour ouvrir la voie à la tenue d'élections pacifiques et crédibles en 2012 », a-t-il ajouté.

Le secrétaire général a salué le soutien du Conseil chrétien du Lesotho et de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) pour avoir mené le processus de médiation.

Enfin, il a exhorté ces entités « à continuer de jouer un rôle actif dans la promotion de la paix au Lesotho ». Selon la presse, le processus de réforme juridique prévoit la révision de la Constitution et la loi électorale. Le gouvernement du Lesotho et les partis de l'opposition étaient dans une impasse politique depuis les élections législatives de 2007. Le principal différend concernait la distribution des sièges au parlement.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : baisse sensible du nombre d'accidents de la route liés à l'alcool après l'entrée en vigueur de peines plus dures
Les opinions publiques mondiales focalisées sur la mort de Ben Laden
Pourquoi faire tant de bruit sur la Marine chinoise ?
Une victoire plus symbolique que réelle
Les Etats-Unis vont créer une nouvelle situation au Moyen-Orient
Fin de la partie pour Ben Laden
Vers où l'énergie nucléaire mondiale devra-t-elle aller ?