Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 16.03.2011 10h16
Côte d'Ivoire : un commissariat de police incendié au centre d'Abidjan

Le commissariat de police du 27ème arrondissement d'Adjamé-Bracodi (centre d'Abidjan) a été pillé et incendié, quelques heures après des affrontements qui ont opposé dans la zone les forces pro-Gbagbo à un groupe armé, a appris mardi Xinhua de source policière.

Des éléments armés se sont rabattus sur le quartier abritant le commissariat de police après avoir été repoussés lors d'une tentative d'attaque du camp de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS, forcé d'intervention de police) située à Williamsville.

"Ils se sont dispersés aux niveaux de Macaci, Williamsville, Paillet, Bracodi. Dans leur fuite un groupe s'est attaqué au commissariat et y a mis le feu", indique la source, précisant qu'aucun policier ne s'y trouvait au moment de l'incendie.

Toutefois, des documents et équipements sont partis en fumée, et l'on fait état d'importants dégâts matériels.

D'autres sources soutiennent qu'une "horde de jeunes" a profité de la confusion qui s'est installée pour piller et mettre le feu au commissariat de police.

La ville d'Abidjan est depuis plusieurs semaines le théâtre de violents affrontements entre les forces pro-Gbagbo et un groupe armé baptisé "commando invisible".

Plusieurs brigades de gendarmerie et commissariats de police dont celui d'Abobo-derrière rail ont été la cible d'attaques et d'incendies.

La violence est montée d'un cran ces derniers jours avec de nouveaux combats entre pro-Gbagbo et groupe armé à Abobo (quartier pro-Ouattara) et à Yopougon (quartier pro-Gbagbo) où des tris à l'arme lourde ont retenti autour de la résidence du chef d'état- major de l'armée pro-Gbagbo le général Philippe Mangou.

La Côte d'Ivoire est en proie à une vague de violences depuis le second tour de l'élection présidentielle qui a opposé le président sortant Laurent Gbagbo à l'ancien Premier ministre Alassane Ouattara.

Chacun des deux s'est proclamé vainqueur de l'élection et a constitué un gouvernement dirigé par un Premier ministre, plongeant le pays dans un bicéphalisme.

Plusieurs tentatives de médiation pour dénouer la crise se sont succédé, dont celle du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine (UA) qui a pris jeudi une décision "contraignante" reconnaissant Alassane Ouattara comme président élu. Mais le camp Gbagbo a rejeté la décision, la qualifiant d'"inacceptable".

Les violences post électorales en Côte d'Ivoire ont fait plus de 370 morts depuis la mi-décembre, selon un dernier bilan établi par l'ONU.

Source: xinhua

Commentaire
je trouve cela abberrant de laisser des personnes a abidjan sans pouvoir les laisser sans ...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 29 janvier
Sélection du Renminribao du 29 janvier
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?