Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 15.03.2011 13h57
Côte d'Ivoire : au moins trois blessés dans des heurts entre forcespro-Gbagbo et insurgés à Abidjan

Trois éléments des Forces de défense et de sécurité (FDS) loyales au président sortant Laurent Gbagbo ont été blessés lundi dans des heurts avec des insurgés favorables à Alassane Ouattara dans la commune abidjanaise de Yopougon, a-t-on appris de source policière.

Les trois éléments appartiennent au Centre de commandement des opérations de sécurité (Cecos), a indiqué une source policière qui n'a pas fait cas des victimes dans le camp des insurgés.

La patrouille du Cecos revenait d'une mission de recherche d'armes infructueuse au quartier Sable, dans la commune de Yopougon, lorsqu'elle a été attaquée par des individus armés, a expliqué la source.

Appuyée par des éléments de la Brigade anti-émeute (BAE) venue en renfort, la patrouille a lancé une opération de ratissage dans le quartier de Port-Bouet 2, un nid de partisans d'Alassane Ouattara dans la commune majoritairement acquise à son rival.

Les tirs intenses à la kalachnikov ont commencé à crépiter peu après 9h00.

Un hélicoptère survolait le quartier et les populations riveraines de Port-Bouet 2 fuyaient dans tous les sens dans une panique générale.

Des tirs sporadiques se sont poursuivis après 10h00.

A la mi-journée, le calme était revenu dans le quartier.

Le transport intercommunal a été interrompu, les commerces et services ont fermé et un calme de cimetière régnait dans la moitié nord de la commune de Yopougon où les communications téléphoniques sur mobile étaient pratiquement impossibles jusqu'en début d'après-midi.

Tôt le matin, aux environs de 6h00 (locale et GMT), des tirs à l'arme lourde ont été entendus par des témoins autour de la résidence du chef d'état-major des Forces de défense et de sécurité, le général Philippe Mangou à Andokoi (nord, commune de Yopougon).

Les témoins font état de l'irruption d'un "groupe armé en treillis" dans le périmètre où habite le général Mangou.

Des soldats postés en permanence autour de la résidence ont riposté, donnant lieu à un échange nourri de coups de feux.

Ces affrontements éparpillés interviennent après une offensive samedi des FDS sur les positions tenues par les insurgés armés soutenant Alassane Ouattara dans le quartier d'Abobo.

Les combats auraient fait une dizaine de morts.

Malgré l'appui des hélicoptères et des blindés, les hommes du général Mangou n'avaient pu venir à bout des insurgés qui ont même avancé, selon des sources concordantes, occupant désormais le quartier de Plateau-Dokui (sud d'Abobo), frontalier à la commune huppée de Cocody, et s'ouvrant la voie vers la commune d'Adjamé ( centre), un bastion d'Alassane Ouattara.

Les affrontements font suite à la reconnaissance par l'Union africaine (UA) de la victoire d'Alassane Ouattara et l'injonction à M. Gbagbo de céder le pouvoir au président élu.

Le camp du président sortant a jugé cette décision " inacceptable".

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les PDG d'entreprises multinationales en Chine se disent prêts à profiter des opportunités du 12e plan quinquennal
Chine : l'IPC en hausse de 4,9% en février
Que penser de l'accident nucléaire au Japon ?
Quels avantages le 12e plan quinquennal pourra-t-il apporter aux habitants ?
Pourquoi la situation agitée au Moyen-Orient a-t-elle connu un développement si rapide?
On ne construira pas l'équité sociale avec des troubles
Priorité à la prospérité de la population