Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 15.03.2011 08h21
Côte d'Ivoire : tirs à l'arme lourde dans un quartier pro-Gbagbo

Des tirs à l'arme lourde ont retenti lundi à Yopougon (quartier pro-Gbagbo).

Les premiers tirs ont été entendus par des témoins autour de la résidence du Chef d'état-major des Forces de défense et de sécurité (Forces pro-Gbagbo) le Général Philippe Mangou à Abidjan dans le secteur d'Andokoua-résidentiel.

Les tirs d'une grande intensité ont débuté autour de 06 heures, créant la panique au sein de la population riveraine dans le quartier pro-Gbagbo de Yopougon (commune pro-Gbagbo).

Les témoins affirment avoir vu un groupe armés vêtu de treillis attroupés dans les environs du premier pont de Yopougon et un autre groupe faire mouvement vers le périmètre où habite le Général Mangou.

Des soldats-pro Gbagbo postés en permanence autour de la résidence ont riposté aux tirs, donnant lieu à un échange nourri de coups de feux.

Des chars de la Brigade anti émeute (BAE, unité d'élite des forces pro-Gbagbo) sont venus en renfort aux militaires pour tenter de repousser les "assaillants".

Des habitants joints par Xinhua affirment qu'ils sont terrés chez eux, de peur d'être atteints par des balles perdues.

Les échanges de tirs ont repris et se sont intensifiés après une brève accalmie.

Outre le périmètre de la résidence du Général Mangou, des tirs à l'arme lourde ont également été entendus dans plusieurs autres endroits de la commune de Yopougon, notamment dans les environs du commissariat de police du 23ème arrondissement , du sous-quartier "Sable" , de Yopougon "Siporex ", de la voie menant à Songon et de la Maison d'arrêt et de correction (prison civile).

Les échauffourées de Yopougon interviennent deux jours après une "grande offensive" lancée par les forces pro-Gbagbo à Abobo "quartier pro-Ouattara" visant à déloger les "rebelles ".

Les combats d'Abobo entre les forces pro-Gbagbo et le "commando invisible" ont fait au moins 10 morts et plusieurs blessés.

Dans un communiqué publié samedi, le "commando invisible" a déclaré qu'après Abobo il comptait se déployer dans les autres quartiers d'Abidjan dont Yopougon pour "protéger la population civile ".

La Côte d'Ivoire est en proie à une vague de violences depuis le second tour de l'élection présidentielle qui a opposé le président sortant Laurent Gbagbo à l'ancien premier ministre Alassane Ouattara.

Chacun des deux s'est proclamé vainqueur de l'élection et a constitué un gouvernement dirigé par un premier ministre, plongeant le pays dans un bicéphalisme.

Plusieurs tentatives de médiation pour dénouer la crise se sont succédé, dont celle du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine (UA) qui a pris jeudi une décision "contraignante" reconnaissant Alassane Ouattara comme président élu. Mais le camp Gbagbo a rejeté la décision, la qualifiant d' "inacceptable ".

Les violences post électorales en Côte d'Ivoire ont fait plus de 370 morts depuis la mi-décembre, selon un dernier bilan établi par l'ONU.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les PDG d'entreprises multinationales en Chine se disent prêts à profiter des opportunités du 12e plan quinquennal
Chine : l'IPC en hausse de 4,9% en février
Que penser de l'accident nucléaire au Japon ?
Quels avantages le 12e plan quinquennal pourra-t-il apporter aux habitants ?
Pourquoi la situation agitée au Moyen-Orient a-t-elle connu un développement si rapide?
On ne construira pas l'équité sociale avec des troubles
Priorité à la prospérité de la population