Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 05.03.2011 12h39
Bénin/présidentielle : la Cour constitutionnelle autorise le report du scrutin au 13 mars

La Cour constitutionnelle du Bénin a autorisé vendredi le chef de l'Etat, Boni Yayi, à procéder au report du premier tour de l'élection présidentielle, initialement prévu pour le 6 mars, au dimanche 13 mars.

La décision de la haute juridiction est intervenue suite à une requête du président de la commission électorale nationale autonome (CENA) qui évoque des problèmes d'impression des listes électorales, de distribution des cartes d'électeur et d'installation des démembrements de la structure.

L'autorisation de la Cour constitutionnelle, qui veille au fonctionnement régulier des institutions de la République, est jugée nécessaire parce que l'organisation du premier tour du scrutin au-delà de la date du 06 mars prochain initialement retenue, est contraire à la constitution.

Avec cette décision de la Cour constitutionnelle qui autorise les conditions sont désormais réunies pour que le chef de l'Etat prenne en conseil des ministres le décret qui convoque le corps électoral à cette nouvelle date.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, l'Assemblée nationale a adopté une loi qui autorise un "recensement complémentaire", pendant cinq jours, des personnes en âge de voter qui ne sont pas encore sur la liste électorale permanente informatisée (Lépi). la haute juridiction a également déclaré cette loi exécutoire.

Le report du scrutin est une principale exigence de l'opposition et de la société béninoise appuyée par des représentants de la communauté internationale venus à Cotonou jeudi dernier.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Arrivée à Beijing de la première délégation de la CCPPC
La Chine envoie des transporteurs militaires pour rapatrier ses ressortissants en Libye
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence