Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 29.12.2010 09h44
Le représentant de l'ONU explique à la délégation de la CEDEAO le processus électoral ivoirien

Le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU en Côte d'Ivoire Youn-jin Choi a expliqué mardi à Abidjan le déroulement du processus électoral ivoirien aux émissaires de la Communauté économique pour le développement de l'Afrique de l'ouest (CEDEAO).

Le chef de l'Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire a fait à ses hôtes une présentation appuyée par un support graphique de toutes les étapes entrant en ligne de compte dans le processus.

M. Choi a par ailleurs apporté un éclairage aux trois chefs d'état de la CEDEAO sur les méthodologies employées par l'ONUCI pour certifier le résultat du scrutin.

La rencontre avec le patron de l'ONUCI a constitué la première étape de l'entrevue que les émissaires de la CEDEAO ont eu avec les personnalités onusiennes et ivoiriennes.

Dans l'après-midi, les présidents béninois Boni Yayi, cap- verdien Pedro Pires et sierra-léonais Ernest Koroma se sont entretenus au palais présidentiel avec le président sortant Laurent Gbagbo, proclamé vainqueur par le Conseil constitutionnel.

Après une concertation de plusieurs heures, ils se sont rendus dans la soirée à l'hôtel du golf pour y rencontrer le président déclaré élu par la Commission électorale indépendante (CEI) Alassane Ouattara.

Les différentes rencontres se sont déroulées à huis-clos et aucune information officielle n'a filtré, en attendant le communiqué final de la mission.

Officiellement, l'arrivée des trois émissaires de la CEDEAO fait suite à la décision de cette structure d'organiser une " mission de la dernière chance" visant à persuader Laurent Gbagbo de céder le pouvoir au "président élu" Alassane Ouattara.

La CEDEAO avait brandi la menace d'une intervention militaire en cas d'échec de cette mission devant permettre à M. Gbagbo une sortie pacifique.

La Côte d'Ivoire traverse une crise post-électorale marquée par des violences meurtrières.

Le second tour de l'élection présidentielle s'est soldé par l'investiture des deux candidats Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara comme président de la république et la formation de deux gouvernements.

L'ONU, l'Union africaine et la CEDEAO ont reconnu Alassane Ouattara dont la victoire a été proclamée par la CEI comme " président légitime" et ont apporté leur caution à celui-ci.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : les bénéfices des grandes entreprises industrielles en hausse de 49,4% pour les onze premiers mois
Huit touristes américains tués dans un accident de la route en Egypte
Comment vendre l'image d'un Dragon amical ?
Les mesures de règlement des embouteillages à Paris méritent d'être étudiées par Beijing
Interaction active entre la Chine et le monde
Ne pas céder l'Afrique à la Chine est une logique perverse
Pourquoi le « Made in China » est plus cher