Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>AfriqueMise à jour 23.12.2010 09h11
L'UA profondément préoccupée par l'impasse en Côte d'Ivoire

Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'Union africaine s'est dit profondément préoccupé par la persistance de l'impasse en Côte d'Ivoire et le risque d'une violence de grande ampleur dans ce pays, suite au refus de Laurent Gbagbo de remettre le pouvoir pacifiquement et immédiatement à Alassane Ouattara.

Dans son communiqué de presse envoyé aux médias mercredi, le CPS de l'UA se dit être informé dess derniers développements de la situation en Côte d'Ivoire et de l'évolution des efforts de l'UA à l'occasion de sa 254ème session.

Le Conseil a également suivi les exposés des représentants du Burkina Faso, au nom du Facilitateur du Dialogue direct inter- ivoirien, et du Nigeria, en lieu et place du président de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'ouest (CEDEAO).

Le Conseil a fermement condamné les atrocités et les autres violations de droits de l'homme commises dans divers endroits en Côte d'Ivoire.

Le Conseil a invité tous les acteurs concernés, particulièrement les forces de défense et de sécurité, à assurer leurs responsabilités de protection des populations civiles.

Le Conseil a également réitéré sa détermination à prendre des mesures nécessaires, en temps opportun, contre tous ceux qui persistent à saper la volonté du peuple, à inciter à la violence et à commettre des violations des droits de l'homme.

Le Conseil a demandé à tous les protagonistes de coopérer pleinement avec l'Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire ( ONUCI) dans l'exécution de son mandat.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : hausse des prix de l'essence et du diesel
Pour la RPDC, réagir à la manoeuvre militaire sud-coréenne "ne vaut pas la peine"
Comment vendre l'image d'un Dragon amical ?
Les mesures de règlement des embouteillages à Paris méritent d'être étudiées par Beijing
Interaction active entre la Chine et le monde
Ne pas céder l'Afrique à la Chine est une logique perverse
Pourquoi le « Made in China » est plus cher