100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>MilitaireMise à jour 29.06.2010 11h16
Les exercices militaires organisés par les Etats-Unis et la Corée du Sud visent la Chine

Les stratèges militaires chinois ont donné des interprétations assez contradictoires aux entraînements militaires planifiés conjointement par la marine américaine et sud-coréenne. Ces entraînements devaient commencer aujourd'hui en mer Jaune. Certains spécialistes ont averti que cela risque de porter atteinte à la stratégie militaire de la Chine et mettrait sa défense côtière en péril, tandis que d'autres ont suggéré que ces entrainements, décidés spontanément, se concentreront autour du porte-avions américain.

Comme l'affirment les analystes, la Corée du Sud et les Etats-Unis ont convenu d'organiser conjointement des exercices navals aujourd'hui en mer Jaune, au large des côtes Ouest de la Corée du Sud pour faire une démonstration de force à la Corée du Nord. Cette action est une réponse à l'attaque à la torpille nord-coréenne contre un navire de guerre sud-coréen, comme l'a rapporté le 18 juin l'agence d'information Séoul Yonhap News.

Les exercices incluront des scénarios fictifs, lors desquels les forces militaires sud-coréennes doivent contrecarrer l'infiltration de forces spéciales dans le Sud, détecter des sous-marins nord-coréens, et effectuer des opérations combinées entre la marine et la force aérienne, indique un responsable militaire sud-coréen, cité par l'agence Yonhap.

Toutefois, on ignore si l'exercice se déroulera comme prévu. Mais l'action planifiée, à laquelle doit participer un porte-avions américain, a déclenché une vague de protestations de la part de l'opinion publique chinoise.

Les deux gouvernements avaient initialement prévu d'organiser des exercices navals communs au début de juin, mais étaient obligés de les reporter à plus tard pour «s'assurer que les exercices conjoints sont mieux organisés et plus efficaces », a indiqué à l'agence le Ministre de la Défense sud-coréen Kim Tae Young, selon le journal Chosun Ilbo.

Selon Korea Times, les Etats-Unis sont susceptibles d'envoyer un porte-avions nucléaire George Washington, ainsi que des sous-marins nucléaires, un destroyer Aegis et des navires de débarquement amphibies.

Le porte-avions qui pèse 100 000 tonnes est basé à Yokosuka, au Japon. Il peut accueillir environ 6 250 membres d'équipage et porter à son bord 90 aéronefs à voilure fixe et des hélicoptères, ajoute le journal.

On ignore si le porte-avions américain a bien été envoyé dans la zone des entraînements. Les rapports précédents affirment que l'administration d'Obama était en train de discuter de l'envoi du porte-avions en mer Jaune et de la réaction de colère que cette manœuvre pourrait provoquer en Chine et en Corée du Nord, a rapporté le 19 juin le Washington Post.

Le quotidien japonais Mainichi Daily a rapporté jeudi que George Washington a quitté Yokosuka le 14 juin dernier. Après l'achèvement des exercices conjoints entre l'armée japonaise et américaine, il devait se rendre en mer Jaune.

Selon les analystes militaires chinois, la détection et la portée d'attaque de George Washington est d'environ 1 000 kilomètres.

Si le bateau entre en mer Jaune, la mer territoriale de Chine, l'ensemble de la Chine septentrionale et la grande partie de la superficie de la péninsule de Liaodong sera à sa portée.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a exprimé son inquiétude mardi concernant la participation du porte-avions américain à l'exercice militaire avec la Corée du Sud et a promis de suivre cette affaire de près.

« Dans la situation actuelle, les parties concernées devraient faire preuve de retenue et éviter d'augmenter les tensions nuisant aux intérêts stratégiques des pays avoisinants», a déclaré Qin Gang, le porte-parole de l'armée, lors d'une conférence de presse régulière.

La mer Jaune est située entre la péninsule coréenne et la péninsule du Shandong, qui appartient à la Chine. Certaines bases navales et aériennes chinoises sont situées sur cette péninsule.

Les exercices militaires conjoints entre les Etats-Unis et la Corée du Sud sont assez fréquents. Mais ils se passent généralement au large des côtes Sud-est de la Corée.

Une exception s'est produite en 1994, lorsque les Etats-Unis ont envoyé leur porte-avions Kitty Hawk en mer Jaune pour espionner un sous-marin de la marine chinoise, qui venait de terminer un exercice militaire.

Chen Hu, le rédacteur en chef du World Military Afffairs Magazine, a fait valoir qu'une menace militaire directe des exercices de la marine n'est pas la principale préoccupation de la Chine, car l'armée chinoise a la capacité de riposter avec un plus gros porte-avions, si jamais sa flotte est menacée. Et les Etats-Unis sont également conscients de ce fait.

« La décision prise par les Etats-Unis est plutôt une démonstration de leur force militaire visant à dissuader ses rivaux et de gagner la confiance ses alliés. La publicité faite autour de cet exercice militaire a rendu l'atmosphère très tendue et a attiré l'attention de l'opinion publique », a indiqué Chen de Global Times.

Ce genre de stratégie est souvent utilisé par les États-Unis avant les exercices conjoints avec les autres pays, a-t-il ajouté.

Outre la prise de position du gouvernement sur cette question par la voie diplomatique, la Chine devrait également apporter une réponse militaire et organiser des exercices dans les mêmes eaux, a suggéré Chen.

« La flotte américaine avec le porte-avions en tête serait une cible parfaite pour des exercices militaires de la Chine. Nous pouvons obtenir beaucoup d'informations grâce à l'observation et la simulation d'une contre-attaque », a indiqué Chen.

Yin Zhuo, chercheur principal du Centre de recherche sur l'équipement de la marine a déclaré: «Ce n'est pas facile de les espionner, car cela exige le déploiement d'avions d'alerte rapide, d'avions de chasse et d'appareils de reconnaissance terrestre ».

Yin a ajouté que ce genre d'actions exerce plutôt sur la Chine une pression diplomatique et politique et non pas une pression militaire.

Li Daguang, spécialiste de l'Université nationale de la Défense, a déclaré que le possible déploiement du porte-avions des Etats-Unis est un test de stratégie de défense de la Chine.

Cependant, Li met en garde contre une interprétation abusive de ce thème, surtout pendant la période, quand les relations militaires entre la Chine et les Etats-Unis sont tendues.

« Ces exercices conjoints visent principalement à dissuader la Corée du Nord à entreprendre des actions militaires. Cependant les Etats-Unis devraient prendre en considération les intérêts de tous pays concernés, car les exercices se déroulent dans les eaux sensibles », a ajouté Li.

Les échanges militaires entre Beijing et Washington ont été suspendus depuis que l'administration d'Obama a informé le Congrès en janvier de l'intention de vendre à Taiwan l'équivalent de 6,4 milliards de dollars d'armes.

Récemment, la Chine a également refusé la visite proposée par Robert Gates, le secrétaire américain à la Défense.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Lutte contre un incendie de forêt dans le nord de la Chine
Wen Jiabao félicite Gillard pour son accession au poste de PM d'Australie
Les combines du marketing en ligne entament la confiance du public dans Internet
Chine : la disparité des revenus atteint le seuil critique, la réforme de la redistribution sociale progresse petit à petit
Sommet G20 à Toronto : faut-il secourir l'euro ou bien Obama ?
C'est dans l'espoir de pouvoir s'enrichir par le travail que la société deviendra moins dure
« La Chine joue en solo », compliment fielleux des médias occidentaux