Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 07.02.2012 09h07
La pollution coûte cher à la Chine

La Chine paye un prix de plus en plus élevé du fait de la pollution provoquée par son développement économique, selon un rapport de l'Académie Chinoise de Protection de l'Environnement.

Le coût des dommages environnementaux et écologiques au pays s'est en effet monté à presque 1 400 milliards de Yuans (222 milliards de Dollars US) en 2009, en augmentation de 9,2% par rapport à l'année précédente. La Chine a dépensé 3,8% de son PIB de cette année-là pour nettoyer l'environnement, selon les statistiques du Rapport d'étude de comptabilité nationale verte de la Chine 2009, récemment publié.

« Les dommages à l'environnement se voient non seulement en termes de problèmes de santé, mais ont aussi comme conséquence des pertes financières », a dit Ma Jun, Directeur de l'Institut des Affaires Publiques et Environnementales, une organisation non gouvernementale de protection de l'environnement, dont le siège est dans la capitale.

« Continuer à essayer de poursuivre la prospérité économique au prix d'une consommation d'énergie énorme et de la pollution de l'environnement est un cercle vicieux, et il est temps de nous réveiller et de limiter cette tendance », a dit M. Ma.

Le coût moyen de rendement des ressources en Chine est de 320 à 350 Dollars US la tonne, très en dessous de celui des économies développées, qui est situé entre 2 500 à 3 500 Dollars US la tonne, et il diminue toujours, selon le rapport rédigé par l'Académie Chinoise pour la Planification Environnementale, un établissement dépendant du Ministère de la Protection de l'Environnement.

« Cela signifie que nous consommons environ 10 fois plus d'énergie que les économies développées pour le même montant », a dit M. Ma.

Cette situation est particulièrement vraie dans le Centre et les régions occidentales de la Chine, où l'économie est relativement sous-développée, selon le rapport.

En outre, beaucoup de gouvernements locaux, comme par exemple celui de la Province du Hebei, dans le Nord du pays, qui cherchent à avoir une économie très prospère, attirent les investissements locaux et étrangers au détriment de l'environnement.

« La pollution générée par les entreprises, particulièrement celles produisant de l'acier, les fonderies, celles qui produisent du ciment et les industries chimiques, va bien au-delà de ce que les villes sont en mesure de contrôler », a dit M. Ma. « Agir ainsi est irresponsable. Nous favorisons la prospérité provisoire et laissons le fardeau aux générations suivantes ».

Cependant, comparées aux zones économiquement moins développées, les villes telles que Beijing, Guangzhou et Shanghai, et les régions du Delta de la Rivière des Perles sont en meilleure position.

Mais en dépit des efforts du Gouvernement ces dernières années pour trouver une solution équilibrée, il y a toujours une lourde et longue tâche dure à l'horizon, indique le rapport.

« Je suis heureux de voir que le gouvernement agit », dit M. Ma. « Mais pour résoudre le problème, nous devrions redoubler d'efforts ».

Alors que la mondialisation économique s'accroit, la plupart des gouvernements en Chine font du développement économique une priorité et deviennent otages des industries fortement polluantes.

M. Ma demande au Gouvernement de durcir les lois et les règlements sur la protection de l'environnement et d'instituer des taxes aussitôt que possible.

« Les ressources sont trop bon marché ici », a-t-il dit.

Le rapport a également montré que les émissions de gaz carbonique en Chine avaient plus que doublé, de 3,5 milliards de tonnes en 2000 à 7,2 milliards de tonnes en 2009, faisant de la Chine le plus gros émetteur mondial de gaz carbonique.

C'est la troisième fois que l'Académie Chinoise pour la Planification de l'Environnement publie ce rapport, connu aussi sous le nom d'Etude de Comptabilité Nationale du PIB Vert, depuis 2006. « C'est une bonne chose que le public soit au courant du montant d'argent que le gouvernement a débloqué pour traiter la pollution de l'environnement tout en développant son économie », a dit pour sa part Du Shaozhong, Directeur adjoint du Bureau Municipal de Protection de l'Environnement de Beijing.

M. Du a indiqué que la capitale envisageait de publier son PIB local vert dans l'avenir.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 6 février
Sélection du Renminribao du 6 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?