Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EnvironnementMise à jour 25.11.2010 11h33
La pollution atteint un nouveau pic à Shanghai

La plus grande métropole de Chine souffre de hauts niveaux de pollution depuis le début du mois de novembre, avec des index de pollution bien plus élevés que ceux enregistrés lors des six mois qu'a duré l'Exposition Universelle.

A la date de mercredi, la ville avait enregistré un index de la pollution de l'air dépassant 100 pendant huit jours de ce mois, les plus mauvais chiffres de ces cinq dernières années.

Les critères environnementaux de la Chine classent un niveau inférieur à 50 comme « excellent », de 50 à 100 comme « bon », et au-dessus de 100 comme « pollué ».

Le dernier pic de pollution est intervenu lundi, quand l'index a atteint 107. Et le 13 novembre, il a explosé, atteignant le niveau de 370, le plus haut depuis ces dix dernières années.

Quand l'index dépasse 300, même les personnes en bonne santé peuvent voir leur endurance réduite lors d'activités physiques, et peuvent souffrir de fortes irritations et autres symptômes.

Le centre de surveillance de l'air de la ville a mis cette dégradation des conditions de l'air sur le compte des tempêtes de sable qui ont balayé le Nord de la Chine le 11 novembre dernier et transporté de la poussière en se déplaçant vers le Sud.

Les risques de pollution de l'air sont aussi plus élevés à Shanghai durant l'hiver, les vagues de froid apportant avec elles de l'air pollué en provenance des provinces de l'intérieur du pays, d'après le centre.

Le centre a également précisé que la ville de Shanghai n'avait pas fermé les usines ou suspendu leur production pour le bien de l'Expo, ce qui veut dire que la qualité de l'air n'aurait pu se détériorer du fait de la seule fin de cet évènement.

Pour autant, de nombreuses personnes croient que la reprise des travaux de construction après l'exposition et le relâchement des contrôles de pollution en banlieue et dans les zones rurales ont contribué à la récente hausse de la pollution.

De nombreux sites de construction dans la ville avaient reçu l'ordre d'arrêter leurs travaux durant l'Expo, afin de faciliter la circulation et d'assurer une bonne qualité de l'air. Le gouvernement avait aussi interdit aux agriculteurs de brûler de la paille, une source majeure de pollution de l'air, et lancé une campagne de répression contre les camions fortement polluants.

Shu Jiong, professeur en climatologie à l'Université Normale de l'Est de la Chine à Shanghai, pense quant à lui que, bien qu'il y ait des « influences extérieures » dans la récente augmentation de la pollution de l'air, le gouvernement local doit encore établir des mécanismes de protection de l'environnement à long terme, afin de pouvoir s'assurer que les bénéfices de l'Expo, chèrement acquis, ne soient pas gaspillés.

« Le gouvernement local devrait abandonner son attitude à courte vue, qui consiste à donner la priorité à un évènement spécifique, sans faire d'efforts sur la durée pour maintenir ces mesures en place afin d'obtenir des améliorations durables », a-t-il dit.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
franchement je trouve se document vrement tres inutile qui a fais cette grosse merde de sh...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 13 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?