Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 30.05.2011 08h59
Les personnes souffrant du VIH/SIDA sont rejetées par les hôpitaux (2)

Lors de la conférence de presse présentant le rapport, un patient séropositif souhaitant garder l'anonymat a rappelé qu'un traitement médical pour un problème de dos lui avait été refusé à plusieurs reprises par des hôpitaux de Tianjin et de Beijing.

Un médecin lui a déclaré qu'une opération était impossible, car d'autres patients pourraient être contaminés, a raconté le patient.

« Dans un autre hôpital..., le médecin m'a dit : “Je comprends votre souffrance, mais à cause de votre état, je n'ose pas opérer”. »

Le patient, un agriculteur de Tianjin, a par ailleurs ajouté qu'il avait perdu son emploi dans une entreprise sidérurgique lorsque son patron avait découvert qu'il était séropositif. « Je suis allé dans beaucoup d'autres hôpitaux et j'ai entendu toutes les excuses, en particulier concernant le manque d'équipement. »

« J'ai sur moi des somnifères que j'avalerai lorsque cette discrimination ne sera plus supportable », a-t-il ajouté.

Un autre patient séropositif de la province du Hebei, qui a contracté le virus par transfusion sanguine, se souvient de la façon dont le personnel hospitalier avait insisté pour qu'il quitte l'hôpital rapidement après avoir découvert qu'il était porteur du VIH.

« Un peu plus tard, j'ai discuté avec eux... Ce qui les inquiète c'est que quand une personne séropositive est traitée dans un hôpital de campagne, cela se sait immédiatement. Les gens arrêtent de venir à l'hôpital, ce qui implique une perte de revenus », dit-il.

Wang Ning, directeur adjoint du Centre national du sida, a ajouté que les patients pouvaient officiellement porter plainte auprès de leur administration locale chargée de la santé si un traitement leur était refusé pour des motifs discriminatoires.

Mais « peu de personnes osent le faire par peur d'être exposées à une discrimination sociale », a déclaré Laoji, un malade du sida à Beijing.

Zhang Ke, directeur adjoint du département des maladies infectieuses à l'hôpital Youan de Beijing, a réaffirmé que cet hôpital était bien une structure destinée aux patients porteurs du VIH, mais que ses capacités et les soins prodigués étaient limités.

Il a souligné qu'une des causes profondes de discrimination réside dans la politique selon laquelle les personnes porteuses du VIH/SIDA ne peuvent être soignées que dans des hôpitaux spécialisés.

Selon Richard Howard, conseiller régional de l'OIT sur le VIH/SIDA, de nombreux pays de la région Asie-Pacifique sont exposés à cette forme de discrimination.

En 2005, la Chine a adopté un règlement destiné à garantir le droit à l'accès aux soins des personnes porteuses du VIH. Le Conseil d'État a publié un nouvel avis en décembre 2010 pour lutter contre la discrimination.

Selon les chiffres du ministère de la Santé, 932 Chinois sont morts du sida en avril.

En 2009, selon les dernières estimations publiées en 2010 par le ministère et l'Organisation mondiale de la santé, la Chine comptait 740 000 personnes porteuses du VIH et 105 000 personnes atteintes du sida.

[1] [2]

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
He Guoqiang appelle à des efforts pour développer de nouvelles industries de haute technologie
S'inspirer de l'expérience tirée de l'Expo universelle et des jeux asiatiques dans la lutte contre la corruption
Réflexions suscitées par l'actuel « engouement pour l'émigration »
La dispute pour le poste de directeur général du FMI et la réforme de l'ordre financier international
Alcool au volant : tout reste à faire (ou presque...)