Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 22.07.2011 15h21
Les jeunes migrants préfèrent les villes (2)

Mais en dépit de leur zèle à vouloir s'installer en ville et des efforts évidents qu'ils font pour arriver à cet objectif, les villes semblent ne pas les voir d'un très bon oeil, d'après des experts et délégués de travailleurs migrants qui se sont exprimés jeudi lors d'un atelier sur l'inclusion urbaine des jeunes travailleurs migrants chinois.

Zhao Fengsheng, de la Province du Hunan, qui est arrivé à Beijing en 2007 et a travaillé comme serveur dans un restaurant, vendeur de rue et livreur, dit que les travailleurs migrants en ville doivent endurer des conditions de logement médiocres, la malnutrition et une vie culturelle monotone.

« J'ai vécu avec des employés d'un restaurant pendant quelque temps il y a quelques années. Huit hommes plus la petite copine d'un cuisinier partageaient une chambre de douze mètres carrés, qui comprenait quatre lits superposés », dit-il.

D'après lui, les politiques des villes, de l'enregistrement de résidence à l'éducation, dissuadent les travailleurs migrants de venir en ville.

Wang Chunguang, chercheur spécialisé sur le sujet des travailleurs migrants à l'Académie, a ainsi critiqué le Gouvernement de Wenzhou, dans la Province du Zhejiang, qui a refusé d'offrir une éducation obligatoire aux enfants dont les parents sont venus dans cette ville en tant que travailleurs migrants.

« Je suis triste, car Wenzhou devrait être le dernier endroit à faire ainsi », a dit M. Wang.

En Chine, Wenzhou est très connue pour être une ville dont les habitants partent pour chercher du travail ailleurs. Plus de 6 millions de personnes de Wenzhou l'on quittée pour aller vivre dans des villes de tout le pays. Et près de 200 00 autres sont partis à l'étranger, a t-il ajouté.

D'après les experts, la situation s'améliore lentement, car les politiques de sécurité sociale ont été révisées en faveur des travailleurs migrants.

Wang Dinghua, haut fonctionnaire au Ministère de l'Education, dit que le Ministère allouera davantage de fonds pour permettre à plus d'enfants de travailleurs migrants d'être admis dans les écoles publiques urbaines.

A l'heure actuelle, 11,67 millions d'enfants des zones rurales ont déjà suivi leurs parents en ville.

Seuls 70% d'entre eux sont scolarisés dans les écoles publiques. Les autres sont contraints d'aller dans des écoles privées ouvertes aux enfants de travailleurs migrants, qui sont en général petites et mal équipées.

[1] [2]

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine compte 485 millions d'internautes et comment utiliser ces ressources ?
Le vice-président chinois rencontre de hauts officiers de l'armée, de la police armée et des forces de police au Tibet
Les relations militaires sino-américaines progressent
Ces superstars du sport qui améliorent l'image de la Chine
La curieuse morale de certains medias occidentaux